BIENVENUE CHEZ DODOVANILLE

20 mai 2017

Réalité et Mythe !

Elisabeth de Bavière devint Impératrice d'Autriche par son mariage "arrangé" avec l'Empereur François-Joseph, elle avait également le titre de Reine de Hongrie.

Exceptionnelles photos de l'Impératrice Elisabeth d'Autriche (exposées au Musée du meuble à Vienne)

Resssemblance assez saisissante avec celle qui l'incarnera à l'écran, l'actrice Romy Schneider

IMGP6409

IMGP6407

D'une grande beauté, Elisabeth était une femme tourmentée, pas très amoureuse de son empereur de mari et pour cause... Pas très maternelle non plus, elle aura quatre enfants. Obsédée par le culte de la minceur et de la beauté. Ne supportant pas la vie à la cour d'Autriche, Elisabeth s'en éloignera en effectuant de nombreux voyages et en écrivant des poèmes... La mort tragique de son fils Rodolphe (suicide ou pas, le doute plane..) à Mayerling la plongera dans une dépression sévère.

L'impératrice Elisabeth d'Autriche, mourût poignardée à Genève le 10 septembre 1898 par l'anarchiste italien Luigi Luccheni.

Elisabeth d'Autriche, repose dans la crypte Impériale des Capucins à Vienne

IMG_2660

"Sissi"

IMGP6408

"La signature du Traité d'Etat, el 15 mai 1955, mit fin à l'occupation qui avait divisé le pays en quatre. L'Autriche devint un Etat indépendant et neutre. Le Traité d'Etat est considéré comme l'acte de naissance de la seconde république. Ce fut le début de l'essor économique et l'on essaya d'oublier les années noires de la guerre.

C'est justement dans cette période où l'on aspirait à l'harmonie et au romantisme qu'Ernst Marischka mit en scène l'histoire d'amour entre Elisabeth et l'empreur François-Joseph Ier. La recette de son succès n'était autre que de s'appuyer vaguement sur des faits historiques et de construire habilement une histoire qui atteindrait le coeur du public des années 50.

Mariscka avait trouvé que l'histoire réelle de l'impératrice était trop tourmentée, aussi avait-il décidé de la romancer pour le public. Après la guerre, tout le monde aspirait à retrouver le bon vieux temps. par conséquent, il élimina toutes les époques désagréables de la vie d'Elisabeth et tous les côtés sombres de son caractère. Il y parvint en mettant en avant des situations romantiques chargées d'émotions."

"Sissi au cinéma, le mythe"

IMGP6318

"Avec l'adaptation cinématographique de la vie de l'impératrice Elisabeth, Marischka satisfaisait un rêve qu'il caressait depuis longtemps...De fait, les trois films Sissi sont le point culminant de sa carrière. Dans l'Autriche de l'après-guerre, le retour nostalgique au mythe des Habsbourg n'était pas un hasard. La représentation cinématographique de la dynastie avait déjà connu ses différentes interprétations dans la période qui a suivi la Première Guerre mondiale. Après 1945, la reprise de cette stratégie avait pour but de renouer avec une époque de l'hsitoire, où l'Autriche occupait une place importante qu'après le Deuxième Guerre mondiale. par la mise en scène cinématographique, les personnalités historiques ont connu sans nul doute, une nouvelle notoriété populaire." (Réf: L'Hofmobiliendepot Wien-Musée du Meuble à Vienne)

IMGP6332

Merci au Musée du meuble à Vienne, pour l'autorisation des photos et des textes.

Il n'y a pas de mal à transfigurer une réalité, histoire de nous faire encore un peu rêver...

 

 

Sissi la trilogie remastérisée

 

A très bientôt ici...

IMGP6315

 

 

 

 

 

 


18 mai 2017

Mai au jardin...

S'y côtoient...

Mona Lisa, Arthur Rimbaud, Manou Meilland, Louis de Funès, Lolita Lempicka, Charlotte Rampling et bien d'autres...

Ma préférée "Lolita Lempicka"

IMGP7113 

IMGP7123

IMGP7125 

IMGP7129

IMGP7130

IMGP7132

IMGP7127

IMGP7128

IMGP7133

IMGP7134

IMGP7131

IMGP7013

Rose

Je te vois, rose, livre entrebaîllé,

Qui contient tant de pages

De bonheur détaillé

Qu'on lira jamais. Livre-mage,

Qui s'ouvre au vent et qui peut-être lu

Les yeux fermésDont les papillons sortent confus

D'avour eu les mêmes idées....

                                      (Rainer Maria Rilke)

IMGP7119

 

15 mai 2017

Approchez...

Je vous attends sur mon banc favori, au fond du jardin, à l'ombre des ormes et des peupliers, afin de partager nos passions pour la lecture, les voyages, la cuisine et bien d'autres centres d'interêt..

IMGP7049

IMGP7048

IMGP7051

J'ai eu le privilège d'admirer les dernières créations de mon amie Marie-Claude dont ces "Petites Marie" en terre cuite et talentueusement présentées dans différentes situations.

Celle-ci c'est tout à fait moi en mode lecture :-) !!

Pour voir et découvrir les multiples talents de ma chère amie, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous

http://collageterre.canalblog.com

 Je vous attends avec ma pile à lire, et vous que lisez-vous en ce moment, quels sont vos titres ?

- "Les chemins nous inventent" Philippe Delerm, photos de Martine Delerm

- "Mon Dictionnaire de cuisine" Alexandre Dumas

- "Le Premier amour est toujours le dernier" Tahar Ben Jelloun

- "La part des flammes" Gaëlle Nohant

- "La meilleure d'entre nous" Sarah Vaughan

IMGP7052

Un grand MERCI à mon amie pour toutes ses autorisations !

Bonne semaine !

A très vite !

 

 

 

 

 

 

 

08 mai 2017

"Deux remords de Claude Monet" Michel Bernard

Un magnifique tableau littéraire écrit avec beaucoup d'élégance par Michel Bernard sur Claude Monet

Une biographie en trois actes autour de l'amitié, l'amour, la passion, la vieillesse et la mort. 

Claude Monet en toute intimité entouré de ses amis, dont faisait partie Frédéric Bazille, le grand Bazille, comme il amait l'appeler, le compagnon des bons et mauvais jours, l'ami, toujours prêt à rendre service, à aider financièrement. Puis, c'est la Grande Guerre, Bazille sera fauché par la mort en pleine jeunesse. Un énorme chagrin pour Monet qui était en exil à Londres.

Viendra ensuite le temps de l'amour ; son modéle, la femme de sa vie, Camille Doncieux, la douce, la discrète, la fidèle parmi les fidèles. Sa muse, sa force, la mère de ses deux fils. La femme qui a partagé ses moments de doute, de découragement, celle qui a toujours su trouver les mots, les gestes pour apaiser inquiètudes et tourments. Camille qui l'encourageait, malgré les déboires financiers, les échecs... Claude Monet fera tout pour la guerrir, hélas, la mort sera la plus forte.

Enfin, le temps de la reconnaissane, des succès, de l'apaisement... De Giverny, des Nymphéas. 

Un récit très poignant, sans artifice, teinté de couleurs vives. Des personnages réels attachants, passionnants !

IMGP6869

" Lorsque Claude Monet, quelques mois avant sa disparition, confirma à l'Etat le don des Nymphéas, il y mit une ultime condition : l'achat d'un tableau peint soixante ans auparavant, "Femmes au jardin" pour qu'il soit exposé au Louvre.

A cette exigence et au choix de ce tableau, il ne donna aucun motif. Deux remords de Claude Monet raconte l'histoire d'amour et de mort qui, du flanc méditerranéen des Cévennes au bord de la Manche, de Londres aux Pays-Bas, de l'Île de france à la Normandie, entre le siège de Paris en 1870 et la tragédie de la Grande Guerre, hanta le peintre jusqu'au bout. (Michel Bernard)

L'année dernière lors de notre visite à Giverny, j'avais été très touchée par ce tableau, cette silhouette frêle m'avait beaucoup émue...J'ai compris pourquoi !! Le couple habitait Argenteuil.

Passage sur ce tableau :

"...Ce jour-là, il avait neigé abondamment. Monet était revenu transi d'une courte séance à l'extérieur...Il venait de se débarasser de ses bottes et de son manteau dans le vestibule...lorsqu'il aperçut une tache rouge bougeant derrière la porte-fenêtre qui donnait sur le jardin. Camille sortie faire une course, prétexte pour revêtir sa pelisse neuve et goûter la vie ralentie de la petite ville engourdie par le froid, avait regagné la maison par la grille du jardin. Sous sa capeline de conte de Perrault, elle le regardait à travers la vitre. La jeune femme eut à peine le temps de manoeuvrer la poignée pour entrer qu'il était à la porte et l'arrêtait, la suppliant de rester dehors un moment. Elle avait compris. Elle connaissait bien ce regard..."

Camille n'a pas eu le temps de connaître Giverny. Sa présence plane dans la maison, dans le jardin...

"La Capeline rouge, 1868-1873" (huile sur toile, portrait de la femme de l'artiste Camille Doncieux)

Photo prise dans le bureau atelier de Claude Monet à Giverny (ici c'est une reproducton, car l'originale se trouve au Musée d'art de Cleveland)

IMGP3008

 Claude Monet en photo à Giverny dans son bureau atelier, à l'arrière, l'ombre de Camille...

IMGP3003

 C'est un livre que je relirai avec autant de plaisir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04 mai 2017

Une petite parenthèse...

Entre deux visites à Vienne...

pour profiter de ces petites activités qui font mon quotidien !

Merci à mon amie Mimimi, pour ce cadeau ! Magnifique ouvrage !!

Depuis, je brode ces petites "fleurs de Digoin de Marion Frégonèse et Cécile Pêcheur"

IMGP6722

Jeux d'aiguilles, de fils et de tissus... (certains tissus de chez Inès patchwork)

IMGP6726

La première partie de mon plaid est terminé, l'assemblage des carrés de tissus...

IMGP6864

J'avance lentement, mais sûrement avec "mes bols" (modèle des Brodeuses Parisiennes)

IMGP0447

 Entre deux averses, cuieillette...

Premier bouquet de fleurs des champs !

IMGP2314

 Avant de retourner à Vienne et retrouver "Sissi", je vous parlerai lecture !

 


30 avril 2017

Hofburg Palais Impérial - Wien/Vienne (2ème jour circuit classique)

Monumental palais et résidence des Habsbourg depuis le 16ème siècle. La Hofburg s'est progressivement améliorée au cours des siècles. Un mélange de styles architecturaux allant du gothique au baroque. Aujourd'hui, ce gigantesque palais qui fut jadis, la résidence d'hiver de la famille impériale, compte plus de 2600 pièces réparties en 18 ailes. Une vingtaine  sont ouvertes au public.

IMGP6157___Copie

Le palais est devenu un immense Musée dont celui consacré à "Sissi"

Incontournable également à Vienne, cependant ce ne fut pas notre "coup de coeur" !!!!! il fallait le voir, on l'a fait !!!

Peut-être à cause du "gigantisme" à visiter malgré tout. Une journée ne suffira pas pour tout découvrir. Faire une, voire plusieurs choix de visites, même si vous n'avez pas tout vu à Hofburg, sachez que la ville de Vienne regorge de lieux, de musées tout aussi intéressants et beaucoup plus "intimistes"

IMGP6219___Copie

IMGP6221

Plusieurs salles sont consacrées aux oeuvres d'art, arts de la table, collections d'argenterie, de verrerie, de vaisselle...

photo_3__1_

photo_5__1_

IMGP6224

IMGP6226

La visite se poursuit par les appartement impériaux (à partir d'ici les photos sont interdites)

Ce sont donc la vingtaine de pièces, sur les 2600 que nous nous apprêtons à découvrir, dont la "grande salle d'audience" éclairée par les 80 bougies d'un lustre en cristal, mais aussi la chambre de François-Joseph

IMGP6231

IMGP6229

IMGP6233

Nous y sommes...

IMGP6234

Le Musée "Sissi" est aménagé dans l'appartement de l'archiduc Etienne, il raconte la vie de l'Impératrice Elisabeth (portraits, robes, fac-similés de poèmes, cartes de voyages) tout en insistant sur sa personnalité singulière. Dans ses appartements, particulièrement dans les cabinets de toilette on découvre, comment Sissi, n'hésitait devant aucun sacrifice pour entretenir sa ligne !!!

Ci-dessous le lien qui vous permettra de découvrir les intérieurs du Palais et le Musée Sissi en particulier.

http://www.hofburg-wien.at/fr/la-hofburg/la-hofburg-de-vienne.html

Mon prochain billet sera consacré au mythe "Sissi" de la réalité au film !

IMGP6220

 

 

 

 

 

 

Posté par dodovanille à 13:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 avril 2017

Le Château de Schönbrunn (Schloss Schönbrunn)

Première visite, circuit classique qui a duré plus de trois heures et cela les vaut bien! Un lieu incontournable

Un peu d'histoire avant de poursuivre.

Prenant comme modèle le château de Versailles, Joseph 1er a voulu une résidence à l'image de son vaste empire. Le château de Schönbrunn est à la hauteur de ses ambitions, impressionnante façade ocre, des galeries et salons somptueux, de magnifiques parcs où il fait bon flâner, mais aussi des lieux chargés d'histoires et des souvenirs de Marie-Antoinette, Sissi, Napoléon, Mozart, Kennedy...

IMGP6089  

Sous le règne de Marie-Thérèse dont l'Autriche fête cette année le 300 ème anniversaire de la naissance (je vous en en reparlerai ultérieurement), Schönbrunn était la résidence d'été de la cour. Marie-Antoinette, future reine de France, y passa son enfance. C'est dans les galeries des glaces que Mozart, âgé de 6 ans, étonna l'impératrice par la précocité de son talent. En 1805 et en 1809, Napoléon Ier y établit son quartier général. En 1815, lors du Congrès de Vienne, la Grande Galerie fut le cadre de récéptions qui réunissaient nombreux souverains, princes et diplomates. C'est ici que naquit et mourut l'empereur François-Joseph, et que fut signé par Charles 1er, le dernier des Habsbourg à règner, l'acte de renonciation du 11 Novembre 1918. En 1961, John F. Kennedy et Nikita Kroutchev s'y rencontrèrent pour un entretien historique. (Ref. Guide Michelin)

En décembre 1996, le château de Schönbrunn fut inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco

C'est un lieu chargé d'histoires, il est interdit de prendre des photos (ce que je comprends totalement) d'autant que la visite est tellement passionnante, c'était plus intéressant d'écouter et de se laisser transporter par l'audio guide que d'appuyer sur le clic de l'appareil photo !!!

On y découvre la Cour d'honneur (Ehrenhof), le corps de logis offre sur 180 m une façade à avant-coprs et redans, qui caractérise la grande période baroque viennoise. L'ensemble est caractérisée par la couleur ocre des bâtiments, appelée "jaune Schönbrunn" ou "Marie-Thérèse", et réhaussée par les encadrements verts des fenêtres

IMGP6093

Plus de 40 salles d'apparat à découvrir, dont les somptueux appartements de l'Empereur et de  Marie-Thérèse.

Pour une visite virtuelle cliquez sur le lien ci-dessous.

 https://www.schoenbrunn.at/fr/sur-schoenbrunn/le-chateau/

Le Parc

C'est une remarquable création de l'art baroque, où se mêlent la mode rococo et le goût de l'antique, on y découvre des charmilles, des berceaux de verdure, des parterres fleuris et de magnifiques fontaines dont celle de Neptune

IMGP6102

IMGP6103

IMGP6133

IMGP6108

Nous poursuivons notre visite vers un délicieux endroit !

Gloriette 

IMGP6127

Une élégante construction romantique à colonnes, couronnée de l'aigle impériale, celle-ci fut érigée en souvenir de la bataille de Kolin (1757, guerre de Sept Ans). De cet endroit, une magnifique vue plongeante sur le Châtau et la ville de Vienne.

IMGP6123

IMGP6124

IMGP6112 

L'ombre de Sissi planait...

IMGP6135

A très vite pour la suite...

 

Posté par dodovanille à 16:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 avril 2017

Notre escapade à Wien (Vienne)

A pied, en tram, à vélo, voire en calèche, Wien (Vienne) nous a tout simplement enchantés...

IMGP6208

IMGP6573

Wien (Vienne) est associée au Danube, et pourtant elle a préféré prendre le nom d'une modeste rivière de 34 km de long, que l'on aperçoit ici...

la Wien

IMGP6138__2_

Cette escapade se fera en plusieurs étapes ! Il y avait tant à voir, à découvrir, à déguster, à savourer...

Petit aperçu des visites à venir

Le château de Schönbrunn

IMGP6096

Gloriette

IMGP6125

 Hofburg

IMGP6220

IMGP6092

IMGP6231

Hofmobilendepot Möbel Museum (Musée du meuble)

IMGP6413

Le Belvédère

IMGP6489

Et bien d'autres surprises...

IMGP6464

IMGP6145

IMGP6102

IMGP6211

IMGP6563

IMG_2726

 Petite halte très agréable, impossible de refuser cette charmante invitation !!

IMGP6561

A très vite !

Posté par dodovanille à 12:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2017

Pâques à Vienne (Wien)

Joyeuses fêtes de Pâques à vous qui passerez par ici...

IMGP6291

IMGP6279

IMGP6428

IMGP6429

A très vite pour découvrir ensemble cette magnifique ville chargée d'histoires !

IMGP6113

Posté par dodovanille à 09:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2017

"Celle qui fuit et celle qui reste, L'amie prodigieuse III" Elena Ferrante

J'ai retrouvé avec plaisir nos deux héroïnes Elena Greco et Raffaella Cerullo (Lila ou Lina). Mais "amies" le sont-elles toujours autant ?

Ce troisième volet de la saga sous-titré "L'époque intermédiaire"

Nous sommes dans les années 1960/1970 en Italie, les mouvements protestaires s'organisent, une révolution se prépare.

Le temps de l'émancipation, de la révolte, de la liberté...

Elles ont la trentaine, chacune a tracé son chemin. Elena est mariée,écrivaine, mère de deux enfants, elle mène une vie "bourgeoise" et intellectuelle, s'intéresse à la politique, adhère à un mouvement féministe, mais n'est pas satisfaite de cette vie bien réglée, semble s'ennuyer et prête à casser son code de "bonne conduite"...L'arrivée de Nino Sarratore, son ami d'enfance et d'école dont elle a toujours été secrètement amoureuse, déstabilisera Elena. Va-t-elle fuire ou rester ?

 Lila quant à elle revient à Naples, se démène pour élever son enfant, galère entre son travail à l'usine de charcuterie dirigée par Bruno Soccavo fils du riche industriel de la région et son combat pour sa dignité et celle des ouvriers. Elle est toujours aussi "rebelle, agressive". Lorsqu'elle apprendra, que l'usine des Soccavo est maintenant dirigée par Michele Solara (monarchiste et camoriste)...Va-t-elle fuire ou rester ?

Le fossé se creuse entrer les deux amies... Et pourtant, des circonstances innatendues vont à nouveau les rapprocher, puis les séparer...

Inutile de vous dire, que j'ai dévoré ce troisième tome. Je le trouve encore mieux que les deux premiers. Elena Ferrante nous offre une histoire d'amitié tellement forte, tellement complexe, si réelle ! Impossible en lisant certains passages de ne pas se souvenir, voire s'identifier à nos deux amies ! 

 Ce lien d'amitié, cette saga, les faits historiques, le vent de liberté qui soufflait à l'époque, le caractère bien trempé des deux héroïnes, le mystère entourant l'auteure Elena Ferrante, l'excellente traduction du livre, font de cette trilogie un "Chef-d'oeuvre"

IMGP5988

" Après L'amie prodigieuse et Le nouveau nom (voir ci-dessous, mes billets précédents)

 http://dodovanille.canalblog.com/archives/2016/11/26/34608258.html

http://dodovanille.canalblog.com/archives/2017/03/01/34996337.html#comments 

Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrrante raconte cinquante ans d'histoire italienne et d'amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila.

Pour Elena, comme pour l'Italie, une période de grands bouleversements s'ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les évènements de 1968 s'annoncent, les mouvements féministes et protestataires s'organisent, et Elena, diplômée de l'Ecole normale de Pise et entourée d'universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d'amour et de haine, telles deux soeurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix."

"Celle qui fuit et celle qui reste est un histoire qui jaillit du coeur telle une éruption du Vésuve" Paola Mauri, La Republica.

Vivement le quatrième tome !

"L'enfant perdue"