BIENVENUE CHEZ DODOVANILLE

25 avril 2017

Le Château de Schönbrunn (Schloss Schönbrunn)

Première visite, circuit classique qui a duré plus de trois heures et cela les vaut bien! Un lieu incontournable

Un peu d'histoire avant de poursuivre.

Prenant comme modèle le château de Versailles, Joseph 1er a voulu une résidence à l'image de son vaste empire. Le château de Schönbrunn est à la hauteur de ses ambitions, impressionnante façade ocre, des galeries et salons somptueux, de magnifiques parcs où il fait bon flâner, mais aussi des lieux chargés d'histoires et des souvenirs de Marie-Antoinette, Sissi, Napoléon, Mozart, Kennedy...

IMGP6089  

Sous le règne de Marie-Thérèse dont l'Autriche fête cette année le 300 ème anniversaire de la naissance (je vous en en reparlerai ultérieurement), Schönbrunn était la résidence d'été de la cour. Marie-Antoinette, future reine de France, y passa son enfance. C'est dans les galeries des glaces que Mozart, âgé de 6 ans, étonna l'impératrice par la précocité de son talent. En 1805 et en 1809, Napoléon Ier y établit son quartier général. En 1815, lors du Congrès de Vienne, la Grande Galerie fut le cadre de récéptions qui réunissaient nombreux souverains, princes et diplomates. C'est ici que naquit et mourut l'empereur François-Joseph, et que fut signé par Charles 1er, le dernier des Habsbourg à règner, l'acte de renonciation du 11 Novembre 1918. En 1961, John F. Kennedy et Nikita Kroutchev s'y rencontrèrent pour un entretien historique. (Ref. Guide Michelin)

En décembre 1996, le château de Schönbrunn fut inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco

C'est un lieu chargé d'histoires, il est interdit de prendre des photos (ce que je comprends totalement) d'autant que la visite est tellement passionnante, c'était plus intéressant d'écouter et de se laisser transporter par l'audio guide que d'appuyer sur le clic de l'appareil photo !!!

On y découvre la Cour d'honneur (Ehrenhof), le corps de logis offre sur 180 m une façade à avant-coprs et redans, qui caractérise la grande période baroque viennoise. L'ensemble est caractérisée par la couleur ocre des bâtiments, appelée "jaune Schönbrunn" ou "Marie-Thérèse", et réhaussée par les encadrements verts des fenêtres

IMGP6093

Plus de 40 salles d'apparat à découvrir, dont les somptueux appartements de l'Empereur et de  Marie-Thérèse.

Pour une visite virtuelle cliquez sur le lien ci-dessous.

 https://www.schoenbrunn.at/fr/sur-schoenbrunn/le-chateau/

Le Parc

C'est une remarquable création de l'art baroque, où se mêlent la mode rococo et le goût de l'antique, on y découvre des charmilles, des berceaux de verdure, des parterres fleuris et de magnifiques fontaines dont celle de Neptune

IMGP6102

IMGP6103

IMGP6133

IMGP6108

Nous poursuivons notre visite vers un délicieux endroit !

Gloriette 

IMGP6127

Une élégante construction romantique à colonnes, couronnée de l'aigle impériale, celle-ci fut érigée en souvenir de la bataille de Kolin (1757, guerre de Sept Ans). De cet endroit, une magnifique vue plongeante sur le Châtau et la ville de Vienne.

IMGP6123

IMGP6124

IMGP6112 

L'ombre de Sissi planait...

IMGP6135

A très vite pour la suite...

 

Posté par dodovanille à 16:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 avril 2017

Notre escapade à Wien (Vienne)

A pied, en tram, à vélo, voire en calèche, Wien (Vienne) nous a tout simplement enchantés...

IMGP6208

IMGP6573

Wien (Vienne) est associée au Danube, et pourtant elle a préféré prendre le nom d'une modeste rivière de 34 km de long, que l'on aperçoit ici...

la Wien

IMGP6138__2_

Cette escapade se fera en plusieurs étapes ! Il y avait tant à voir, à découvrir, à déguster, à savourer...

Petit aperçu des visites à venir

Le château de Schönbrunn

IMGP6096

Gloriette

IMGP6125

 Hofburg

IMGP6220

IMGP6092

IMGP6231

Hofmobilendepot Möbel Museum (Musée du meuble)

IMGP6413

Le Belvédère

IMGP6489

Et bien d'autres surprises...

IMGP6464

IMGP6145

IMGP6102

IMGP6211

IMGP6563

IMG_2726

 Petite halte très agréable, impossible de refuser cette charmante invitation !!

IMGP6561

A très vite !

Posté par dodovanille à 12:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

15 avril 2017

Pâques à Vienne (Wien)

Joyeuses fêtes de Pâques à vous qui passerez par ici...

IMGP6291

IMGP6279

IMGP6428

IMGP6429

A très vite pour découvrir ensemble cette magnifique ville chargée d'histoires !

IMGP6113

Posté par dodovanille à 09:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2017

"Celle qui fuit et celle qui reste, L'amie prodigieuse III" Elena Ferrante

J'ai retrouvé avec plaisir nos deux héroïnes Elena Greco et Raffaella Cerullo (Lila ou Lina). Mais "amies" le sont-elles toujours autant ?

Ce troisième volet de la saga sous-titré "L'époque intermédiaire"

Nous sommes dans les années 1960/1970 en Italie, les mouvements protestaires s'organisent, une révolution se prépare.

Le temps de l'émancipation, de la révolte, de la liberté...

Elles ont la trentaine, chacune a tracé son chemin. Elena est mariée,écrivaine, mère de deux enfants, elle mène une vie "bourgeoise" et intellectuelle, s'intéresse à la politique, adhère à un mouvement féministe, mais n'est pas satisfaite de cette vie bien réglée, semble s'ennuyer et prête à casser son code de "bonne conduite"...L'arrivée de Nino Sarratore, son ami d'enfance et d'école dont elle a toujours été secrètement amoureuse, déstabilisera Elena. Va-t-elle fuire ou rester ?

 Lila quant à elle revient à Naples, se démène pour élever son enfant, galère entre son travail à l'usine de charcuterie dirigée par Bruno Soccavo fils du riche industriel de la région et son combat pour sa dignité et celle des ouvriers. Elle est toujours aussi "rebelle, agressive". Lorsqu'elle apprendra, que l'usine des Soccavo est maintenant dirigée par Michele Solara (monarchiste et camoriste)...Va-t-elle fuire ou rester ?

Le fossé se creuse entrer les deux amies... Et pourtant, des circonstances innatendues vont à nouveau les rapprocher, puis les séparer...

Inutile de vous dire, que j'ai dévoré ce troisième tome. Je le trouve encore mieux que les deux premiers. Elena Ferrante nous offre une histoire d'amitié tellement forte, tellement complexe, si réelle ! Impossible en lisant certains passages de ne pas se souvenir, voire s'identifier à nos deux amies ! 

 Ce lien d'amitié, cette saga, les faits historiques, le vent de liberté qui soufflait à l'époque, le caractère bien trempé des deux héroïnes, le mystère entourant l'auteure Elena Ferrante, l'excellente traduction du livre, font de cette trilogie un "Chef-d'oeuvre"

IMGP5988

" Après L'amie prodigieuse et Le nouveau nom (voir ci-dessous, mes billets précédents)

 http://dodovanille.canalblog.com/archives/2016/11/26/34608258.html

http://dodovanille.canalblog.com/archives/2017/03/01/34996337.html#comments 

Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrrante raconte cinquante ans d'histoire italienne et d'amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila.

Pour Elena, comme pour l'Italie, une période de grands bouleversements s'ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les évènements de 1968 s'annoncent, les mouvements féministes et protestataires s'organisent, et Elena, diplômée de l'Ecole normale de Pise et entourée d'universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d'amour et de haine, telles deux soeurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix."

"Celle qui fuit et celle qui reste est un histoire qui jaillit du coeur telle une éruption du Vésuve" Paola Mauri, La Republica.

Vivement le quatrième tome !

"L'enfant perdue"

 

 

 

 

 

 

10 avril 2017

Une femme extraordinaire !

Je l'ai rencontrée grâce à l'exceptionnelle exposition qui lui est consacrée actuellement au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Cette femme extraordinaire n'est autre que Alexandra David-Néel

Quel courage, quelle volonté ! je suis admirative ! et c'est un euphémisme, car pour l'époque il fallait oser braver toutes les difficultés liées non seulement à la situation géo-politique, à la nature inhospitalière, aux conditions précaires du voyage...

Alexandra David-Néel - Une aventurière au Musée

Un hommage mérité à cette femme au destin hors du commun !

IMGP6798

IMGP6062

A travers cette exposition, le Musée national d'arts asiatiques retrace les itinéraires de vie de cette femme exceptionnelle. Alexandra David-Néel est la première femme européenne à avoir séjourné à Lhassa au Tibet.

En 1890, elle adopte le boudhisme, devenant la "première boudhiste de Paris", avant d'effectuer un séjour en Inde en 1894. En 1911, elle entame un grand périple en Asie, qui devait durer quatorze ans et la mener à Lhassa, but ultime de son voyage.

Sa jeunesse

IMGP6053

Sa tenue de cantatrice

IMGP6054

L'exposition présente de nombreuses photographies prises lors de ses séjours au Tibet, des objets personnels, ainsi qu'une sélection de plusieurs manuscrits précieux provenant des collections de la Maison d'Alexandra David-Néel de Digne-les-Bains, mais également les peintures et masques de danse rituelle qu'elle rapporta de ses voyages.

IMGP6055

IMGP6056

Le legs au Musée Guimet deviendra effectif en 1970, celui-ci comporte des centaines d'ouvrages de sa bibliothèque en langue tibétaine.

La magnifique rotonde Bibliothèque du Musée Guimet

 

IMGP6066

IMGP6058

IMGP6068

Un très bel hommage rendu à cette femme exploratrice, philosophe, écrivain, humaniste, féministe...

Exposition à voir jusqu'au 22 Mai 2017

++++++++

Après cette rencontre et cette visite, je me suis précipitée chez mon libraire pour acquérir ce livre...

IMGP6669 

 J'ai dévoré ce carnet de voyage, le récit de ses huit mois de "prérégrinations" le mot qu'elle aimait et employait, pour décrire ses aventures, son périple, ses rencontres, afin de relever ce défi qu'elle s'était fixée.

"1924. Pour la première fois, une femme étrangère réussit à entrer dans Lhassa, capitale interdite du Tibet !

Huit mois auront été nécessaires à Alexandra David-Néel pour relever ce défi extraordinaire ! Huit mois d'un long périple à travers les immenses solitudes du "pays des Neiges". Huit mois d'une vie rude et dangereuse sous l'apparence d'une mendiante tibétaine !

A cette époque où personne ne parle de "raid", et encore moins quand il s'agit d'une femme, c'est un magnifique exploit et une aventure exceptionnelle que nous décrit l'auteure. Elle y ajoute sa propre quête spirituelle, et ce regard fasciné qu'elle porte sur la civilisation tibétaine"

Alexandra David-Néel (1868-1969) attendra plus de quarante ans avant de réaliser sa fabuleuse vocation : devenir exploratrice du monde et des êtres. Une destinée extraordinaire qui se déroule sur plus d'un siècle.

Alexandra David-Neel

 

 

 

 

 

 


04 avril 2017

"Le Quatrième mur" Sorj Chalandon

Un récit, dur, violent... Impossible de ne pas faire un parallèle avec les conflits d'aujourd'hui. Est-ce utopique d'essayer de monter une pièce de théâtre dans le Liban en guerre, d'essayer de rassembler toutes les différentes factions, essayer de faire jouer ensemble le temps d'une représention les ennemis de toujours, tenter d'oublier les haines, les colères, les révoltes... La guerre.

C'est ce grand défi, promis à son ami Samuel, que va essayer de réussir Georges, étudiant, militant de gauche, encore loin très loin de la réalité du terrain. Il partira pour Beyrouth plein de certitude, et comme un boomerang la guerre civile lui rappelera la réalité, l'atrocité, la tragédie d'Antigone.

Une histoire bouleversante, pleine de rebondissements, d'espérance, de tristesse et de découragement.

A lire absolument.

IMGP5974

" L'idée de Samuel était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures de guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite, jardin saccagé. Samuel était grec, Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... " Sorj Chalandon.

Je ne connaissais pas l'auteur. Je n'ai pas été déçue de la découverte. J'aime la sobriété de son écriture.

Sorj Chalandon est journaliste et écrivain. Après avoir travaillé à "Libération", il est aujourd'hui membre de la rédaction du "Canard enchaîné". Ses reportages sur l'Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie, lui ont valu le prix Albert Londres en 1988. Il est notamment l'auteur du "petit Bonzi", "Une Promesse" (prix Médicis en 2006), "Mon traître", "La légende de nos pères", "Retour à Killybegs" (Grand prix de l'Académie française en 2011)

"Le Quatrième mur" Prix Goncourt des lycéens en 2013,

Prix Le Choix de l'Orient en 2013

Prix des libraires du Québec en 2014.

Au théâtre, "Le quatrième mur"  désigne un "mur " imaginaire situé sur le devant de la scène, séparant la scène des spectateurs et "au travers" duquel ceux-ci voient les acteurs jouer. (Réf: Wikipedia)

Posté par dodovanille à 14:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 mars 2017

S'il y a bien une exposition à ne pas rater en ce moment...

C'est bien, celle consacrée au "Kimono, Au bonheur des dames"

Actuellement au Musée national des arts asiatiques-Guimet (Paris)

IMGP6011

Les adjectifs me manquent pour décrire cette magnifique exposition, des trésors rares et précieux à découvrir, un rituel séculaire qui fascine toujours et encore !

Mais que veut dire exactement Kimono, cette pièce essentielle de la garde robe au Japon de l'époque d'Edo (1603-1868) à nos jours.

Kimono veut dire : habillement  (de kiru : porter, et mono : chose)

Tout au long du parcours, on asssite à l'évolution de ce vêtement grâce à la prestigieuse collection de kimonos de la maison Matsuzakaya, fondée en 1611. 

IMGP6013

IMGP6012

IMGP6014

Le Kimono est donc, le costume traditionnel japonais. Son prédécesseur est le kosode, terme apparu au 12ème et 14ème siècle, qui se caractérise par d'étroites ouvertures aux extrémités de ses amples manches. Le terme kimono se généralise à partir du 19ème siècle et généralement en forme de T, il ne suit pas les courbes du corps, contrairement aux vêtements occidentaux.

La confection d'un kimono était très réglementés car les tisserands ont été dépendants des commandes officielles. Elle est restée inchangée depuis son invention : on découpe sept bandes droites qu'on assemble ensuite les unes aux autres... La nature est très présente dans l'univers des costumes. pins, cerisiers en fleurs, bambous, prunus, orchidées, pivoines, sont autant de symboles qui évoquent les saisons, mais aussi des personnages historiques ou littéraires, ou des traits de caractère.

Pour fermer un kimono, on rabat le côté droit et on entoure la taille d'une large ceinture décorée "Obi"

Les tenues japonaises traditionnelles sont complétées par des chaussures (geta) en paille ou en bois. Ces "socques" se portent pieds nus ou avec des chaussettes japonaises (tabi) caractérisées par la présence d'une séparation par le pouce. (Ref : Le mag du Mnaag- Paris)

La suite en images !

IMGP6015

IMGP6016

IMGP6017

IMGP6028

IMGP6029

IMGP6030

IMGP6031

IMGP6032

IMGP6033

IMGP6034

IMGP6035

IMGP6036

IMGP6037

IMGP6039

IMGP6038

IMGP6045

IMGP6042

IMGP6047

IMGP6048

J'ai été époustouflée par la beauté, la finesse, les décors, les broderies, les scènes présentées. Des merveilles à voir jusqu'au 22 Mai 2017. Je vous recommande vivement cette exposition !!! Les vacances approchent...Dépaysement garanti !

+++++++++

Je reviendrai ultérieurement sur ma visite au Mnaag, je vous parlerai de ma rencontre avec la grande  aventurière, exploratrice, philosophe, voyageuse, bref une femme extraordinaire Alexandra David-Néel

IMGP6077 

Musée national des arts asiatiques-Guimet

6, place d'Iéna

75116 Paris (Métro Iéna ou Concorde)

www.guimet.fr

 

 

 

 

 

28 mars 2017

Retour !

" Le voyage parfait est circulaire :

La joie du départ

01128e51f106c76387b463f2770525b5

(crédit photo Pinterest)

La joie du retour " (Dino Basili)

IMGP1645

IMGP1610

IMGP1623

A très vite...

Posté par dodovanille à 15:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mars 2017

Une pause le temps d'une Valse Viennoise !

Comment ne pas céder à cette jolie Valse !

Valses Viennoises

Le portail et le jardin restent ouverts...

IMGP4081

Des piles de livres en attente, des visites, des découvertes, des gourmandises, des voyages...

Le temps de me poser quelques jours !!!!

A bientôt !

 

 

Posté par dodovanille à 17:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mars 2017

Une année de plus !!!!

Neuf ans que je passe des heures ainsi...Avec Dodovanille :-)

 

3e2501c06ffa2b3e2cede0d4186f1bc1

(crédit photo, Pinterest. Illustration Magalie Foutrier)

C'est reparti pour la dixième saison...Avec le printemps

IMGP1611

IMGP4124

A très vite...

IMGP5993

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par dodovanille à 09:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,