BIENVENUE CHEZ DODOVANILLE

05 décembre 2016

" Journal d'un homme heureux " Philippe Delerm

Je viens de terminer le dernier ouvrage écrit par Philippe Delerm

Une fois de plus ce fut un véritable enchantement.

Je suis une inconditionnelle de l'auteur (et de la famille...)

Ce journal, il l'a écrit du mardi 6 septembre 1988 au 31 décembre 1989.

Il y relate avec simplicité son quotidien,  comme à son habitude, ses tableaux et contemplations de la vie sont une vision joyeuse de tout ce qui l'entoure, il nous parle de sa femme Martine, de son fils Vincent, de sa profession, de ses élèves, sa famille, ses amis, son village de Beaumont le Roger, la nature...Mais également, de sa vie d'écrivain, ce journal est un peu sa "récréation" car en parallèle, il était en train d'écrire son premier roman "Autumn" sur les préraphaélites (je l'ai lu et vous en parlerez prochainement)

Cet ouvrage est une véritable thérapie contre la "sinistrose". Un excellent moment de lecture...certains passages font penser à notre propre vie. Savoir prendre le temps de s'intéresser et s'étonner des choses les plus anodines qui nous entourent !

 Philippe Delerm m'avait "enivrée" avec "Les eaux troubles du Mojito" il m'a exaltée avec ce "Journal d'un homme heureux"

IMGP4892

" Je me suis levé ce matin en pensant que la journée allait être bonne. Je crois que je me coucherai ce soir en me disant que je suis le plus heureux des hommes. Comment ne pas frissonner un peu à cette idée ? Je suis riche de ce qui manque à tout le monde : le Temps. "

Ce journal est celui d'un âge d'or.

Choisir de vivre à la campagne loin des milieux littéraires et parisiens.

Regarder par la fenêtre pousser les fleurs de son jardin au rythme des saisons.

Prendre le temps de vivre sa vie, d'admirer sa compagne, d'aimer son enfant.

Ecrire en pensant qu'on sera un jour peut-être, reconnu.

Philippe Delerm n'a tenu son journal qu'une année de sa vie. Il avait 37 ans. Bien avant le grand succés de "La Petite Gorgée de bière"

"Je n'ai sans doute jamais été heureux que cette année-là"

Il est donc temps de le prendre ce "Temps", se "poser" histoire de profiter de tout, de rien !!!

Je vous laisse en compagnie de Messieurs Philippe Delerm (lors de son passage à la Grande Librairie) et Vincent Delerm "Fanny Ardant et Moi"

A bientôt !

Philippe Delerm et le « Journal d'un homme heureux »

 

Vincent Delerm - Fanny Ardant et Moi

 

 


01 décembre 2016

Elles sont fascinantes...

"Le fait que les orchidées émerveillent et paraissent fragiles entretient la croyance que l'on ne peut les cultiver facilement. Or, il est tout à fait possible de profiter de leur croissance et surtout de leur floraison chez soi. Il faut juste sélectionner celles qui sont les plus aptes à y vivre... Le choix est vaste !"(Réf: Mille et une Orchidées)

Ce jour-là, au PARC FLORAL DE PARIS...

IMGP5049

Une grande exposition vente organisée par la section orchidées de la Société Nationale d'horticulture de France et l'association Orchidée 75

 Une mise en scène toute en sérénité et bien-être

IMGP4999

IMGP5000

" Parmi les diverses familles du règne végétal dont les nombreux individus font l'ornement des régions tropicales, il n'en est pas dont les formes soient plus variées et plus bizarres, la structure plus singulière, les couleurs plus vives que celles des orchidées. " Achille Richard & Henri Galeotti (Monographe des orchidées mexicaines 1844)

IMGP5004

IMGP5005

IMGP5006

Beauté et originalité

IMGP5010

IMGP5009

IMGP5012

IMGP5007

Composition

IMGP5015

Aquarelles

IMGP5018

Puis... Au détour d'une allée !

Une très belle variété d'Agapanthe

IMGP5020

Le spectacle était également à l'extérieur

Elégance et profusion de couleurs....

IMGP5024

Avant de terminer ce billet fleuri, quelques mots sur le parc.

En 1969, le Parc Floral de Paris, est crée dans une zone deshéritée du Bois de Vincennes. Il est ouvert pour accueillir les 3èmes floralies internationales de Paris. Le dessin a été exécuté par le service des espaces verts du département de la Seine sous la houlette du paysagiste Daniel Collin. Il a continué d'être aménagé en 1979 pour les 4èmes floralies internationles. (Réf : Jardin Botanique de la Ville de Paris)

C'est un lieu certes bucolique, mais également ludique où il fait bon flâner quelque soit les saisons

Un autre regard sur cette exposition et les orchidées ici : www.ranjirano.net

Il est temps de conclure... Deux ombres se dessinent et s'apprêtent à quitter les lieux !!!

IMGP5034

 

 

 

 

 

 

 

26 novembre 2016

"L'Amie prodigieuse" Elena Ferrante

En parler tout simplement, sans chercher à trouver des adjectifs pompeux...

Ce livre est mon gros, mon énorme coup de coeur.

Un voyage en Italie dans les années cinquante, en compagnie des deux héroïnes que sont Elena et Lila (Lina pour les autres).

Le livre raconte l'histoire de deux amies habitant un quartier pauvre de Naples.  L'un des premiers tomes de cette saga relate leur amitié, de l'enfance à l'adolescence, nous les suivons tout au long de leur vie quotidienne, au sein de leur famille respective, leur difficulté à s'émanciper dans cette société où à l'époque naître fille siginifiait "être mère et femme obéissante".

Les deux amies, vont braver la pression familiale, grâce à leur institutrice qui va les aider à poursuivre une scolarité normale, au-delà de leur espérance. Malheureusement, une seule réussira à franchir le cap...

Leur amitié subira les aléas de leur évolution respective. Elles vont se perdre, se retrouver. L'une ira jusqu'au bout de ses idées afin de fuir la misère familiale et braver les interdits, l'autre, réussira à être diplomée au prix de grands sacrifices. 

IMGP4893

Un livre très bien écrit, dès les premières pages, on se laisse emporter par les aventures trépidantes et touchantes de Elena et Lila.

La fin de ce premier tome, va laisser un goût très amer à Elena, elle ne comprend pas la décision absurde de son amie Lila. Sa déception est immense...

"Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C'était la vie, un point c'est tout: et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile."

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s'éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.

Deux héroïnes très attachantes, j'ai hâte de lire la suite !

Cette Saga a connu un énorme succés en Italie à sa sortie. Quant à l'auteure, un grand mystère plane autour d'Elena Ferrante, est-ce que ce récit est-une autobiographie ? Personne ne le sait vraiment à ce jour !!

A lire sans modération.

 

 

 

Posté par dodovanille à 14:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 novembre 2016

Poursuivre la marche jusqu'au...

Parc des Buttes-Chaumont

IMGP4377

Un peu d'histoire avant la découverte de ce gigantesque et magnifique Parc !

Ce sont Alphand, ingénieur artiste, et Barillet-Deschamps qui eurent en charge la réalisation du Parc des Buttes-Chaumont. Plus d'un millier d'ouvriers furent mobilisés en 1864 pour dégrossir les terrassements : il s'agissait de tirer partie des reliefs existants (buttes, galeries de carrière, précipices..) et même de les accentuer comme ce fut le cas avec le promontoire dominant le lac.

Ces escarpements naturels sont ceux d'anciennes carrières de plâtre devenues au XIXème siècle des dépotoirs pestinentiels. Pour assainir le quartier, selon le programme d'Haussmann, on en fit un parc inauguré en 1867. D'où l'invraisemblable diversité de cette construction de vallons et d'eau vive et grâce à un colossal apport de terre végétale, on y trouve une pelouse magnifique et des arbres de toutes essences, plusieurs sont plus que centenaire. (Réf. Paris Buissonnier)

IMGP4387

L'île du lac, construite en rochers ammassés, se coiffe sur son promontoire d'un petit temple qui reproduit celui de la Sybille à Tivoli, près de Rome

IMGP4389

IMGP4383

D'ici, on se laisse guider, emporter, très belles perspectives sur Paris, notamment sur le quartier de Montmartre.

IMGP4386

IMGP4379

Très vallonné, ce parc réserve d'agréables curiosités bucoliques.

Son lac artificiel, ses grottes, ses cascades, son pont suspendu... 

IMGP4376

IMGP4382

IMGP4391

IMGP4396

Plus de deux heures de visite, de marche, il est temps de redescendre...

IMGP4388

IMGP4369

Et se dire... "On reviendra" !!!

IMGP4397

 

 

 

 

 

 

 

Posté par dodovanille à 17:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2016

Métro Botzaris...

A l'angle de la rue Botzaris, et de la rue de Crimée s'orienter vers...

IMGP4321

Nous y sommes, Quartier de la Mouzaïa

Un petit air de campagne à Paris, la paisible rue de Mouzaïa porte le nom d'un col situé au nord de l'Algérie.

C'est un lieu de balade insolite avec ses ruelles piétonnes appelées "villas", ses maisons de briques et ses courettes.

Une promenade bucolique et silencieuse, si, si nous sommes bien à Paris !

IMGP4326

IMGP4328

IMGP4332

IMGP4336

Un regard qui en dit long... "Des intrus"

IMGP4337

IMGP4342

IMGP4340

IMGP4343

IMGP4358

IMGP4334

IMGP4347

IMGP4345

IMGP4362

IMGP4329

IMGP4356

Une petite halte avant de traverser le Parc des Buttes Chaumont

IMGP4367

Et en chanson...

Yves Montand A Paris

Un véritable havre de paix tous ces petits passages secrets, ces maisons fleuries, ce calme absolu...

La capitale hors des sentiers battus.

La promenade reprendra après une petite pause !

IMGP4335

 

 

Posté par dodovanille à 15:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04 novembre 2016

Mon Tour du Monde en deux jours !

Avec et grâce à

" Touriste " de Julien BLANC-GRAS

Dépaysement garanti, c'est ainsi que je l'ai suivi à travers ses aventures, ses rencontres...

De l'Angleterre à la Colombie, en passant par l'Inde, le Népal, le Maroc, la Polynésie, le Brésil, la Chine, le Guatémala, le Proche Orient, Madagascar, et pour finir le Mozambique !

 J'ai savouré avec délectation ses récits de voyage. L'auteur raconte avec justesse et humour, les réalités, charmes, travers, us et coutumes des pays visités, il se revendique "touriste" ce nom n'est absolument pas péjoratif, nous le sommes tous, par le choix de nos déplacements et nos destinations.

J'ai particulièrement aimé ses rencontres d'un jour, d'une semaine ou d'une heure, les amitiés tissées le temps d'une excursion, d'une randonnée, d'une traversée, mais également, les situations rocambolesques, surprenantes ici où là...Comme ce tête inattendu dans une chambre d'hôtel au Guatemala.

Extrait :"...C'est bien un rat qui court sur mon lit. ... Je me redresse en me frottant les yeux, le rongeur me regarde d'un air qui semble dire : tu devrais quitter cet hôtel miteux et celle ville par la même occasion. Il faut toujours suivre les conseils des animaux, ils sentent bien avant nous les moments où il faut détaler. Il me reste une étape à compléter avant de quitter le Guatemala. Je consulte ma carte, le pays ressemble à un nid de poussin. Je suis ici depuis quelques semaines, durant lesquelles mon activité principale a consisté à ne rien faire. Regarder le soleil se refléter sur les lacs de montagne, vivre de peu, m'asseoir dans la rue et laisser passer les gens..."

IMGP4722

" Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux, détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. De s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. "

Tout à fait d'accord pour le fait "de s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes".

On apprend toujours de l'autre et d'ailleurs. Un livre qui fait énormément de bien, à partager avec tous les amoureux des voyages et les autres...

Je trouve la couverture du livre particulièrement réussie, j'aime ce clin d'oeil !

Pour conclure encore un petit extrait qui m'a bien plu

"... J'ai mis des sensations sur des mots, ceux que j'avais lus dans la littérature de l'itinérance;

C'est le voyage qui nous fait.

Le chemin est la destination.

L'absolu est ailleurs.

Tout ça, c'est vrai.

Je voyageais en cherchant un sens à ma vie ; et ça avait marché. J'avais trouvé un sens à ma vie ; j'allais voyager..."

L'auteur : Julien Blanc-Gras est journaliste de profession et voyageur par vocation. Ses reportages (pour M, le magazine du Monde, Long Cours, Aller/Retour..." le mènent sur les cinq continents et nourissent ses romans. Touriste, est son troisième ouvrage.

2a49cd1cb761f94485f0b27ad65bee8b

(credit photo : Groove Salad via Pinterest)

 

 

 

 

Posté par dodovanille à 18:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 novembre 2016

Paris autrement," Les Arènes de Lutèce "

Nouveau thème, consacré à Paris

La Capitale tant décriée aujourd'hui, à tort ou à raison...

J'essaierai de vous faire découvrir les charmes insoupçonnés de Paris.

 1er siècle

Fondation présumée de la ville gallo-romaine de Lutèce

IMGP7017

IMGP7023

IMGP7018

IMGP7021

IMGP7019

IMGP7026

"...Ce sont les travaux entrepris en 1869 pour le prolongement de la rue Monge qui mirent au jour les substructions des arènes. Pourtant, malgré la construction d'une active Société des Arènes, le site découvert fut remblayé pour installer un dépôt de la Compagnie des omnibus. La construction d'immeubles en bordure de la rue Monge en fit ensuite disparaître un bon tiers.

Ce n'est qu'en 1883, que Victor Hugo et Victor Duruy menèrent une vigoureuse campagne aboutissant à la mise à jour des derniers vestiges. Les arènes seront finalement restaurées en 1917-1918. Cette disposition permis d'asseoir une grande partie des gradins sur le sol même de la colline...

Cet amphithéâtre fut, en son temps, le deuxième plus grand cirque de toute la Gaule avant de péricliter, vers le IVème siècle, il servira de carrière aux habitants du faubourg." (Réf: Paris Secret et Insolite)

IMGP7015

Ce vestige du passé gallo-romain de la capitale est aujourd'hui un parc très agréable du Quartier latin.

59, rue Monge (5ème). M° Cardinal Lemoine.

 

IMGP7031

 

 

 

Posté par dodovanille à 17:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 octobre 2016

A B C...Agrafes, Boutons, Coussin...

Il était temps de poster ce billet !

Mes ouvrages réalisés cet été

Assemblage de tissus, fils, toiles, lin, aiguilles, ciseaux, boutons...

Coussin (tissu en lin japonais Yuwa, live collection)

Préparation !

IMGP3786

Finition

Côté face

IMGP3788

Côté pile

Serviette de table ancienne en lin monogrammée

IMGP3790

Préparation...

Toile de lin (mauve 14 fils), broderie au point de croix,  tissu style "Liberty" (de chez FROU FROU), collection de boutons blancs (nacre, verre, porcelaine, plastique...) 

IMGP2805

Côté face

suspension brins de lavande du jardin.

IMGP2917

 Côté pile (tissu style Liberty)

IMGP2920

Pour conclure, une photo d'objets chinés dernièrement !

Un petit fer à repasser n° 1 et j'ai craqué pour ce lot de jolies "agrafes" anciennes.

 

IMGP3630

 

 

 

28 octobre 2016

" Les heures silencieuses " Gaëlle Josse

 Delft, le 12 de ce mois de novembre 1667

" Je m'appelle Magdalena Van Beyeren. C'est moi, de dos, sur le tableau. Je suis l'épouse de Pieter Van Beyeren, l'administrateur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, à Delft, et la fille de Cornelis Van Leeuwenbroek. Pieter tient sa charge de mon père.

J'ai choisi d'être peinte, ici dans notre chambre où entre la lumière du matin. Nous avançons vers l'hiver. Les eaux de l'Oude Delft sont bleues de gel et les tilleuls, qui projettent au printemps leur ombre tachetée sur le sol, ne sont aujourd'hui que bois sombre, nu..."

C'est ainsi que commence le 12 novembre 1667, le journal intime de Magdalena Van Beyeren. Dans le secret de cette chambre, elle dévoile ses états d'âmes avec beaucoup de dignité et d'abnégation. D'abord fille choyée, puis épouse docile. Elle nous livre à travers ses quelques pages, son enfance joyeuse bercée par le rêve d'aventures au delà des Océans, sa frustration d'épouse fidèle et prévenante, l'amour de ses enfants, ses peines et regrets. Elle terminera son journal le 16 décembre 1667.

L'évocation de son enfance, de sa vie de femme et de mère va lui permettre l'aveu d'un lourd secret et de ses désirs interdits.

IMGP4734

" Delft, novembre 1667, Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime. Mariée très jeune, elle a dû renoncer à ses rêves d'aventures sur les bateaux de son père, administrateur de la Compagnie des Indes orientales. Là n'est pas la place d'une femme...

Cet agréable petit roman de 88 pages, se lit d'une traite, Gaëlle Josse nous offre le magnifique portrait d'une femme discrète et courageuse, dans la Hollande du XVIIème siècle.

Couverture : d'après le tableau, "Intérieur avec femme jouant à l'épinette (détail)" de Emmanuel De Witte (1617-1692)

(Une épinette (ou espinette) est en fait, un Clavecin dont les cordes sont plus ou moins obliques, par rapport au vrai clavecin, les deux insturments sont de la même famille)

 

 

 

24 octobre 2016

René MAGRITTE se dévoile au Centre Pompidou (après des années d'absence)

" LA TRAHISON DES IMAGES "

IMGP4585

L'exposition propose une approche inédite de l'oeuvre de l'artiste belge René MAGRITTE

Une centaine de tableaux, de dessins et de documents d'archives permettent de comprendre la démarche artisitque de ce grand peintre.

René Magritte s'est passionné pour la philosophie et c'est cette "passion" qui est explorée à travers de nombreux chefs-d'oeuvre, à voir, revoir ou découvrir au Centre Pompidou.

 Je vous propose un aperçu (non exhaustif) de quelques toiles qui m'ont particulièrement marquée.

IMGP4546

IMGP4547

IMGP4554

IMGP4553

IMGP4556

IMGP4557

IMGP4558

IMGP4562

IMGP4579

IMGP4578

IMGP4580

IMGP4582 

Le Décalcomanie (huile sur toile, 1966)

IMGP4569

"Voir est un Acte" René Magritte

J'ai eu la chance il y a quelques temps de visiter le Musée Magritte à Bruxelles, j'en avais parlé ici..

 http://dodovanille.canalblog.com/archives/2009/10/08/15357166.html

Cela vaut la peine, de faire quelques minutes de queue, une fois à l'intérieur, le parcours est très bien organisé, malgré la foule, il n'y a pas "bousculade".

Une exposition unique et exceptionnelle à voir au Centre Pompidou jusqu'au 23 Janvier 2017

www.centrepompidou.fr

IMGP4619