BIENVENUE CHEZ DODOVANILLE

23 août 2016

Vacances mouvementées sur l'Île de la Réunion en compagnie de...

Michel Bussi

" Ne lâche pas ma main "

C'est le premier ouvrage que je lis de l'auteur, je n'ai pas été déçue du voyage qu'il proposait.

IMGP3564

L'histoire commence à Saint-Gilles les bains, agréable station balnéaire de l'Île de la Réunion, une famille en vacances, superbe hôtel, mer, cocotiers...Tout baigne dans le meilleur des mondes...

Puis, c'est la disparition mystérieuse, rentrent alors scènes plusieurs personnages dont, la méticuleuse Capitaine de Gendarmerie Aja Purvi, secondée par son assistant Christos, bourru au grand coeur. Ensuite, ce n'est que succession de courses poursuites à travers l'île,  des lieux, des endroits, un voyage périlleux à travers les forêts, les montagnes, les paysages lunaires du Volcan "Piton de la Fournaise".

Une écriture dynamique, un suspense haletant, bien ficelé, dépaysement garanti jusqu'au dénouement final. Michel Bussi, a du souvent séjourner et randonner à La Réunion, tant les détails et les descriptions sont précis, d'ailleurs certaines scènes sentent le "vécu". Il doit également beaucoup aimé ce paradis du bout du monde, il en parle avec justesse à travers ses divers personnages. Un excellent guide de voyage pimenté par les aventures des héros de ce roman.

J'ai beaucoup aimé ce livre, l'auteur a subtilement mis en valeur les ressources naturelles de l'île à travers cette histoire d'enlèvement suivie de meurtres, de brouillages de piste, une vengeance bien menée, le tout agrémenté de pause "Dodo" (bière locale) et "Rhum arrangé"...

A déguster sans modération... (la lecture bien sûr!)

Saint-Gilles-les-bains

do_et_cricri_2010_bis_381

" Un couple d'amoureux dans les eaux turquoise de l'île de la Réunion. Farniente, palmiers, soleil. Un cocktail parfait.

Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l'hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans : la course poursuite, au coeur de la nature luxiriante de l'île, est lancée. "

+++++

Ci-dessous quelques photos de cette nature et de certains lieux cités dans ce livre.

Mer, montagne, volcan, forêts, végétations luxuriantes...

do_et_cricri_2010_bis_007

do_et_cricri_2010_bis_101

do_et_cricri_2010_bis_455

do_et_cricri_2010_bis_286

do_et_cricri_2010_bis_153

do_et_cricri_2010_bis_465

IMGP1289

IMGP1333

IMGP1412

Cyclone...

P1050771

Une petite pause entre deux lectures !

 

do_et_cricri_2010_bis_215

 

A bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 


16 août 2016

Mangue, concombre, fruit de la passion...

Crevettes, poivre sauvage de Madagascar "Voatsiperifery", oignon rouge...

Savoureux mélange aux saveurs tropicales !

Fraîcheur garantie

Délicieuse gourmandise, qui se mange "sans faim" ou "sans fin"

IMGP9180

Merci à mon amie Marie-Claude "http://lababounette.canalblog.com/"

Elle nous avait servi cette salade lors d'un sympathique dîner entre amis, et depuis, elle est en vedette chez nous !

Il suffit de tailler la mangue, le concombre, l'oignon rouge en julienne, y ajouter un fruit de la passion, une petite cuil. à café d'huile d'olive, le jus d'un demi citron vert, un peu de sel, un peu de poivre, facultatif : quelques brins de ciboulette, placer au frigidaire et servir...

Pour les crevettes, les faire revenir dans le l'huile d'olive, de l'ail, de la coriandre et le poivre sauvage de Madagascar (ou autre si vous n'avez pas ce poivre)

Succés garanti !!!

IMGP9181

Bon appétit !

 

12 août 2016

Mon bel été avec Francesca et Robert !

Vous qui passerez par ici, vous avez sûrement plusieurs films préférés.

Moi, il y en a un que je regarde toujours avec autant de plaisir, autant d'émotion (et des paquets de mouchoirs en sus...)

Quel romantisme, quelle sensualité, une magnifique histoire d'amour...

A voir, revoir !

Deux acteurs au sommet de leurs talents, Meryl Streep et Clint Eastwood

" Sur la route de Madison "

IMGP3641

Synopsis

La vie de Francesca, femme discrète et effacée, se réduit aux tâches ménagères de la ferme. Alors que son mari et ses enfants sont partis pour quatre jours, elle fait la rencontre inattendue de Robert Kincaid, photographe de pasage. Leur relation, faite de respect et de délicatesse, se mue en amour passionné. Pendant quatre jours, Francesca est une autre femme, trouvant enfin son épanouissement auprès de cet homme qui sait la comprendre et la faire rêver.

Sur la route de Madison ( bande annonce VOST )

 

Bon film et bon week-end à tous

IMGP3643

 

 

 

Posté par dodovanille à 14:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 août 2016

L'ABCdaire des Roses

J'aime beaucoup cette petite collection, extrèmement fournie en explications, très intéressante à feuilleter.

Rien de mieux comme ouvrage pour tout savoir sur la reine des fleurs

IMGP3611 

 " Quand on voyage dans l'ABCdaire, le plaisir d'apprendre fait ricochet"

Un livre très complet sur les "Roses" de l'origine à demain !

Les réponses à toutes les questions que l'on se pose, un guide de voyage absolument ludique et pratique !

Extraits

La création de la rose

A la recherche de ses racines

"... La rose et le rosier ont si bien pris place dans notre société que personne ne se demande plus guère d'où ils viennent. Au cours de l'évolution des espèces, les rosiers sont apparus tardivement (moins de 35 millions d'années) et se sont diversifiés lentement. Ils sont présents dans toute l'hémisphère nord sous leurs formes sauvages. Il est intéressant de noter cependant que ce sont l'Europe et le Proche-Orient qui leur ont donné leur importance. Qu'on ne s'y trompe pas cependant : les rosiers plantés dans l'Antiquité et au Moyen Âge sont parvenus jusqu'à nous dans des descriptions ou des représentations pour le moins imprécises. Seule l'époque moderne, avec l'emploi d'un langage botanique universel (Linné 1758), permet de savoir sans trop d'erreur de quel végétal on parle. Un certain nombre de roses, cependant, ont échappé à cette imprécision, par l'engouement qu'elles ont suscité. Cultivées depuis des siècles, sous la même appellation, elles permettent de reconstituer l'histoire commune des hommes, et de ces arbustes à fleurs. Longtemps limité à l'offre de la campagne locale, le choix des rosiers, par le biais des guerres et des expéditions, allait s'étendre au fil des siècles. Les Romains ont beaucoup fait, dans l'Antiquité pour la promotion de leurs fleurs de prédilection. Ce goût leur venait peut-être d'Orient, qu'ils avaient largement conquis. Déjà, ils disposaient de deux ou trois formes distinctes, dont une rose blanche toujours cultivée, et une autre rose vif. Plus tard, les croisades permirent au XIIIème siècle, l'introduction de rosiers du Proche-Orient, dont la Rose de Damas. Avec les siècles, l'aspect directement militaires des expéditions se fit de moins en moins marqué, et les rosiers d'Inde, de Chine, du Japon furent pacifiquement rapportés chez nous. Vers la fin du 19ème siècle, la gamme était à peu près complète en rosiers sauvages juxtaposés qui, en mêlant leurs gênes, allaient donner les roses modernes. 

IMGP3579

Amour, vices et vertus

" Le lien qui unit la rose et l'amour est un lien primordial. Des mythes antiques grecs aux poésies perses, la fleur est associée à la volupté, à la sensualité de la beauté féminine et à la passion charnelle. Consacrée aux divinités de l'amour, Vénus et Eros, dont le sang versé est à l'origine de la rose rouge, la fleur est portée par les courtisanes, répandues et jonchées dans les fêtes romaines, où les plaisirs de la chair, ceux de la table, du vin et de l'amour sont mêlés.

Le Christianisme ne pouvait adopter cette fleur sans réticence ni transformation de ces représentations. Platon, en distinguant un Eros inférieur attaché aux plaisirs de l'amour physique et un Eros supérieur gouvernant l'amour spirituel, fournit à la Chrétienté les conditions de la reconnaissance de la rose, en exaltant désormais l'amour mystique et le don de soi dans le martyre.

Et, tout comme les lieux de culte anciens ont été utilises par les chrétiens, la rose, dépouillée de sa fonction bassement païenne, est passée à la Vierge Marie. Par amalgame avec ce symbole de pureté, la rose est devenue l'attribut de la vertu féminine (Rosière). le langage des fleurs exprime à mots couverts toute la gamme du désir que gouverne la rose. "

Bien d'autres anecdotes et histoires à découvrir.

" Des jardins de la Perse ancienne aux petits enclos des montagnards chinois, des parcs des châteaux, aux modestes jardins, la rose est éternelle. Pourtant, Ronsard n'en fait-il pas le symbole du temps qui passe ? "

Les roses de chez nous

Malgré un printemps pluvieux et les fortes chaleurs de ces dernières semaines, elles n'ont jamais été si épanouies !

IMGP3576

IMGP3570

IMGP3581

IMGP3599

IMGP3572

IMGP3585

IMGP3582

L'Art du regard

" Qu'il ait la perfection formelle des créations de Le Nôtre, la grâce contournée des parcs et des bosquets anglais, le jardin, un jour, s'est fait émotion. La nature y est mise en représentation, au gré des sensibilités et des choix esthétiques. En ces lieux, la rose devient picturale, touche de couleur et de senteur " 

IMGP3613

 

 

 

 

 

 

 

Posté par dodovanille à 18:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2016

" La Bibliothèque des Coeurs Cabossés " Katarina Bivald

Encore un coup de coeur, encore un livre qui parle de livres

Un ouvrage que l'on a envie de prêter, de recommander,  d'offrir.

Un livre que l'on aime partager, en parler, disserter...

Le titre à lui tout seul en dit long sur l'histoire de cette bibliothèque atypique.

J'ai beaucoup aimé, cette histoire d'amitié entre une jeune suédoise, libraire, férue de littérature et d'une vieille dame américaine, amoureuse des livres et d'écriture. j'ai savouré leurs échanges épistolaires, et tout ce qui s'ensuivra !

Une lecture que l'on a envie de prolonger une fois la dernière page refermée.

Que dire de tous ces personnages très attachants qui gravitent autour de nos deux héroïnes.

Mais aussi l'importance des liens sociaux tissés grâce aux ouvrages proposés, conseillés, lus, feuilletés où juste regardés. 

 Ouvrez la porte et entrez dans la "Bibliothèque"

IMGP3401

" Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit-ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l'Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l'invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l'attend : Amy est décédée.

Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel, et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque...Grâce aux livres, bien sûr."

++++++++

Extrait

"... Broken Wheel, Iowa, le 14 Janvier 2010

Chère Sara,

Une librairie ! Ce doit être un lieu de travail très agréable. Nous n'avons jamais eu de librairie à Broken Wheel, mais à une époque, nous avions une bibliothèque itinérante sur un triporteur. Mlle Annie, notre institutrice, avait décidé de créer une bibliothèque scolaire et de la faire circuler dans la communauté chaque samedi. Il n'y a jamais eu beaucoup d'ouvrages et ils étaient pêle-mêle sur son triporteur. Mais quelles aventures ! C'est comme cela que j'ai lu "Les Quatre Filles du docteur March". Je suppose que le ton légèrement moralisateur de cette bonne Louisa était approprié. La Case de l'Oncle Tom aussi, même si j'estime que c'était une erreur stratégique de nous donner accès à ce texte. Certes, beaucoup des familles de Broken Wheel comptaient des abolitionnistes parmi leurs membres, mais je ne pense pas qu'ils aient été conscients des valeurs passablement libérales que j'ai puisées chez Harriet Beecher Stowe. Pour certains, la frontière entre le chrsitianisme, le libéralisme et le communisme est très fine...

Salutations amicales,  Amy Harris... "

++++

Une petite remarque personnelle, il m'est difficile de ne pas faire un parrallèle avec des échanges très agréables et très enrichissants que je partage actuellement avec deux lectrices de mon blog. Elles se reconnaîtront. Des amitiés qui se sont tissées grâce à nos lectures, nos avis, nos ressentis, nos passions communes pour la littérature mais pas que...

Merci à elles !

IMGP2912

 Bonne lecture à toutes et tous

Bon week-end

 

 

 

 


03 août 2016

Un été à Giverny (4) suite, mais sûrement pas Fin !

Avec ou sans parapluie, la visite de Giverny se poursuit, impossible d'échapper aux Nymphéas, Coquelicots, Lys...

IMGP3057__2_

La plupart des visiteurs qui viennent à Giverny, limite leur déplacement à la découverte des jardins et à la Maison de Claude Monet, certes absolument magnifiques et incontournables, mais le village regorge de trésors insoupçonnés.

A la fin du XIXème siècle, Giverny est un village, d'un peu moins de trois cents habitants (aujourd'hui, il compte environ cinq cents habitants à l'année)

Les origines de Giverny sont très anciennes et on y a retrouvé des témoignages de l'époque Gallo-romaine.

IMGP3094

IMGP3093

Son monument le plus important est l'église Sainte-Radegonde, en partie romane puis agrandie à l'époque gothique, au XVème siècle. Monet aperçoit le village pour la première fois début 1883, par la fenêtre d'un train, et décide aussitôt d'y trouver une maison pour s'y installer.

IMGP3092

IMGP3088

Claude Monet et sa famille reposent dans le petit cimetière du village attenant à l'Eglise

IMGP3090

Flâner dans les rues fleuries...Au calme et presque désertique !

IMGP2963

Puis s'étonner de découvrir ici, endroit improbable...

IMGP2962

Que font donc ces drôles de volatiles au milieu de ce jardin bucolique, elles doivent apprécier le silence qui y régnait ce jour-là !

IMGP2957

Puis, le nez en l'air... 

IMGP2964

A l'angle d'une rue...

IMGP3066

IMGP3067

Les Artistes ne sont jamais bien loin...

IMGP3083

IMGP3084

IMGP3113__2_

IMGP3072

Sérénité au jardin de l'ancien Hôtel Baudy...

IMGP3075

IMGP3077

IMGP3074

IMGP3118__2_

IMGP3117

IMGP3115

Posté le dernier billet sur Giverny !

Mais j'y reviendrai sûrement, en prenant le chemin de traverse... 

IMGP3110

A bientôt

 

 

 

 

 

 

30 juillet 2016

" A la table de George Sand " Christiane Sand

 Pour la énième fois, et sûrement pas la dernière...

Retour à Nohant chez George Sand

Cette fois, nous nous sommes attardés à sa table...

Elle était très bien entourée, étaient attablés ce jour-là son cher Chopin, Delacroix, Maurice, Solange, Pauline Viardot... 

IMGP3488

Merci à mon amie Marie-Claude pour ce magnifique ouvrage si précieux !

IMGP3554

" Ce livre est le précieux témoignage d'un art de vivre exceptionnel dont la demeure de George Sand à Nohant garde, aujourd'hui encore, le chaleureux souvenir. Invitation gourmande et document historique, cet ouvrage convie à la table où, entourée des siens, Geoge Sand aimait recevoir ses amis, Litz, Flaubert, Alexandre Dumas fils, Balzac, Delacroix, Tourgueniev, Chopin et bien d'autres...

Les 245 recettes sont accompagnées de commentaires historiques et gastronomiques, illustrées de nombreuses photos et émaillées d'extraits de l'oeuvre de George Sand "

IMGP3558

Et ce jour là, un invité exceptionnel à Nohant, Stéphane Bern...

IMGP3489

Nous les avons laissés, préparer l'émission "Secrets d'histoire" qui sera consacrée à George Sand le Mardi 2 Août 2016 sur France 2

http://www.france2.fr/emissions/secrets-d-histoire/videos/bande-annonce_02-08-2016_1241383?onglet=tous&page=1

Imaginez la scène derrière ces volets mi-clos...

IMGP3499

Je reviendrai vous parler, de notre "Bonne Dame de Nohant" de ses recettes, de sa vie, de son jardin, de ses voyages... et aussi du Berry

IMGP3500

"...Les soins domestiques ne m'ont jamais ennuyée, et je ne suis pas de ces esprits sublimes qui ne peuvent descendre de leurs nuages. Je vis beaucoup dans les nuages, certainement, et c'est une raison de plus pour que j'éprouve le besoin de me retrouver souvent sur la terre..." George Sand, Histoire de ma vie

 

28 juillet 2016

" L'Ombre du vent " Carlos Ruiz Zafon

Vivement recommandé par mon fils et longtemps resté sur la pile des livres à lire...

J'ai eu le malheur de commencer les trois premières pages et j'ai été tout simplement happée par l'histoire de Daniel Sempere.

Je me suis laissée embarquer à la recherche et à l'adoption de ce livre mystérieux au "Cimetière des livres oubliés". l'auteur nous tient en haleine jusqu'à la fin de cette quête littéraire, une aventure pleine de rebondissements en compagnie de Daniel Sempere et tous les personnages tous plus ou moins attachants qui l'entourent. Un récit sur les livres qui m'a emmenée jusqu'au bout de la nuit. J'ai beaucoup aimé le judicieux mélange entre le réel, le fantastique, l'amour, l'amitié, la haine, la littérature, mais également cette transmission, la complicité entre le père et le fils, ce rituel de génération en génération autour d'un livre oublié, caché quelque part parmi des milliers d'autres, dans un lieu tenu secret.  

Et pourquoi celui-là, justement, ce livre énigmatique écrit par un certain Julian Carax ?

Une histoire passionnante, palpitante, qui vous fera aimer les livres, tous les livres !

IMGP2387

" Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés.

L'enfant est ainsi convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville" : L'Ombre du vent.

Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes "

Extrait

"...Je me souviens de ce patit matin où mon père m'emmena pour la première fois visiter le Cimetière des Livres oubliés. Nous étions aux premiers jours de l'été 1945, et nous marchions dans les rues d'une Barcelone écrasée sous un ciel de cendre et un soleil fuligineux qui se répandait sur la ville comme une coulée de cuivre liquide.

- Daniel, me prévint mon père, ce que tu vas voir aujourd'hui, tu ne dois en parler à personne. pas même à ton ami Tomas. A personne.

- Pas même à maman ? demandai-je à mi-voix.

Mon père soupira, en se réfugiant derrière ce sourire triste qui accompagnait toute sa vie comme une ombre.

- Si bien sûr, répondit-il en baissant la tête. Pour elle, nous n'avons pas de secrets. Elle, on peut tout lui dire..."

A lire pour découvrir le mystère qui se cache derrière "Le Cimetière des Livres Oubliés"

 

 

 

Posté par dodovanille à 15:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2016

L'appel à...

La paresse, la sieste, la rêverie, le farniente, la lecture...

IMGP3509

Bienvenue au Hamac !

Accessoire indispensable pour se laisser bercer par le chant des oiseaux, du pinson en particulier !

Mais également propice à la contemplation du "Budléia" et ses invités du jour..

IMGP3506

IMGP3399

IMGP3398

IMGP3378

IMGP3381

Lors de notre visite à Nohant, nous avons appris, que George Sand aimait se prélasser dans son hamac, pour lire, rédiger ses écrits et profiter de tout ce qui l'entourait...

IMGP3504

Un grand merci à nos amis S. et P. pour ce super cadeau bien utile pour un été en mode "mora, mora" (doucement, lentement)

En pause pour quelques jours !

Bon week-end et bonnes vacances à tous

A bientôt pour un retour à Giverny chez Claude Monet, à Nohant chez George Sand, à Bourges chez Jacques Coeur etc.. Mais aussi, une liste de livres, de films, de musiques...

 

 

Posté par dodovanille à 13:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 juillet 2016

Un été à Giverny (3)

Dans l'intimité de Claude Monet

Arrivé à Giverny en 1883, il avait quarante trois ans, deux enfants, plus les six qu'Alice Hoschedé, sa femme, avait eus lors de son premier mariage. Malgré leurs soucis d'argent, Claude Monet et sa femme ont fait en sorte que la joie de vivre soit au rendez-vous dans ce domaine.

Fous de la maison, ils décident de la transformer, de la mettre en couleurs.

"... C'est ainsi que l'ocre rose des murs se fait plus foncé, que les volets gris sont repeints en vert Néti, assez proche du vert Véronèse, et désormais un long balcon en bois court tout au long de la maison qui se voit ajouter une nouvelle cuisine au-dessus de la grange transformée en atelier. La cuisine et l'atelier, deux endroits sacrés... "

IMGP3047__2_

" ... Ils se décident pour des couleurs claires pour les murs, des tons pastel, sauf pour la salle à manger qui, elle, peinte en jaune de chrome clair et moyen donne toujours sur un pièce bleue. Que l'on ouvre la porte de la cuisine, celle de la petite entrée ou du salon mauve, tout n'est qu'une escalade, une progression, un travail à partir d'un bleu de cobalt, une garance et du blanc. Toutes ces nuances sont mises au point par Monet et discutées longuement avec le peintre en bâtiment du village... "

On se laisse emporter, et on les imagine dans leur univers...

Le Salon de lecture " Le petit salon bleu" aux murs quelques unes de l'extraodinaire collection d'Estampes Japonaises de Claude Monet.

IMGP3013

Pause lecture pour Mme et M. Monet

IMGP2998

 Claude Monet dans son premier atelier

Aux murs de nombreux tableaux, ce sont des répliques, les originaux sont exposés au Musée Marmottan Monet

IMGP3003

IMGP3007

IMGP3012

A l'étage

" ... Dans les cages d'escalier, les petits couloirs et les deux cabinets de toilette... les couleurs sont plus anglaises, avec un blanc cassé d'une pointe de bleu ou de garance. Plus acides sont les couleurs des chambres des jeunes filles... Un petit atelier de couture..."

IMGP3015

IMGP3026

IMGP3028

Il est temps de passer à table !

La Salle à manger

IMGP3030

" ... Un premier puis un second coup de gong ramèneront dans la salle à manger toute la famille éparpillée pour le déjeuner servi à onze heures trente précises ; Monet est intraitable quant à l'horaire, à la demi seconde près, il commence à toussoter nerveusement, ce qui sème la panique dans la cuisine.

Si l'on déjeune très tôt, c'est pour lui permettre de profiter de la meilleure lumière pour travailler à son motif de l'après-midi. Il a une énergie inimaginable, il s'est levé comme bien souvent avant le jour, et depuis la fenêtre de sa chambre il a consulté la colline-baromètre dans l'espoir de la découvrir enveloppée de brume bleutée, annonçant une journée lumineuse ... "

" ... Une table dressée avec cette vaisselle bleue apaisante et la perspective d'un bon déjeuner le mettent d'humeur charmante, mais gare aux jours où il est mécontent de sa peinture. Souvent, on guette discrètement le moment où il rentre, et à la façon dont il marche, on sait s'il est satisfait ou non.

Mieux vaut, en règle générale, servir une cuisine irréprochable : il est tellement maniaque... "

IMGP3032

IMGP3035

La cuisine

"... La cuisine éclate d'un bleu clair laqué, on dirait un coblat descendu des murs et le plafond en bonne harmonie avec les carrelages bleus de Rouen communs à toutes les cuisines de la région, comme est courante aussi la coutume dans ce pays de carreler les cheminiées. Rien de mieux choisi que ces petits Rouen pourtant simples pour tenir compagnie au bataillon de marmites et de casseroles en cuivre...

En bonne place, à l'honneur, la vue d'un fourneau rend toujours un gastronome quelque peut sentimental et dévot : il traitera avec pieuse déférence ce monument monolithique dont dépendent tant de saveurs, car rien n'est plus délicat que d'en savoir maîtriser la température. Il doit somnoler comme un chat pour cuire à feu doux et mijoter, ou s'emballer jusqu'au feu d'enfer pour griller, tout en se montrant d'humeur égale, dans le four pavé de carreaux réfractaires... "

IMGP3041

IMGP3043

C'est ainsi que se termine, la visite de la maison de Claude Monet et d'Alice Hoschedé

++++++++++

Les textes sont extraits de ce magnifique livre, que m'avait offert il y a quelques temps mon amie Marie-Claude : http://testcamp.canalblog.com/ je l'en remercie vivement, il m'a aidée à approfondir et découvrir des aspects insolites de la vie de ce grand peintre qu'était Claude Monet.

IMGP0518

Retour à Giverny dans quelques jours, pour la suite et la fin de cet été au "Clos Normand"

IMGP3011

 

 

 

Posté par dodovanille à 18:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,