BIENVENUE CHEZ DODOVANILLE

26 avril 2018

Le saviez-vous ?

Moi, je l'ai appris cette semaine !

Une ou un LIBROCUBICULARISTE...

Une personne qui lit dans le lit

Donc j'en suis une, car pour moi c'est l'endroit idéal :-) et vous ?

8af92edaea1d214ed771689f804db627

 

(Crédit photo Pinterest)

Bonne lecture à toutes et tous !

 

IMGP9562

 

 

 

Posté par dodovanille à 11:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


22 avril 2018

Aujourd'hui nous avons chiné à...

Jussy-Champagne

Un joli petit village du département du Cher (18)

L'occasion également de re-découvrir ce magnifique château, que nous avions eu l'occasion de visiter il y quelques années (lors de notre arrivée en Berry...)

Pour découvrir les trésors cachés du Berry il faut quitter les grands axes et ne pas hésiter à s'aventurer voire se perdre sur les petites routes très agréables de la campagne berrichonne !

Château de Jussy-Champagne

Dans un décor champêtre aux arbres séculaires, cette belle demeure du XVIIème siècle associe harmonieusement la brique et la pierre. Construit durant la première moitié du 17ème siècle, le château s'ouvre par une cour d'honneur bordée de deux galeries à arceaux attribuées à l'architecte berruyer Claude Lejuge.

IMGP9583

Certains archéologues ont cru voir des analogies entre le Palais du Luxembourg et le château de Jussy. Si le plan est le même, l'aspect au point de vue de l'appareillage diffère totalement. Le château berrichon devait se composer de deux énormes pavillons : seul a été réalisé celui du sud-est, Geoges de Gamache n'a pu terminer son oeuvre au début du XVIIème siècle faute d'argent. (Ref : Châteaux du Cher par Jean Ferragut)

Après la ruine de Gamache, les Gaucourt achètent cette vaste demeure et la gardent de 1720 à 1759. Puis, les Champgrand, les Bengy et les Ponton d'Amécourt, sont les actuels propriétaires de ce magnifique château.

IMGP9585

IMGP9597

IMGP9592

L'intérieur du château de Jussy se visite uniquement en été de Juillet à Août.

IMGP9599

IMGP9596

IMGP9581

Je vous reparlerai de cette belle demeure, une nouvelle visite de l'intérieur s'impose !

Avant de conclure...

Nous avons chiné des livres, mais pas n'importe quels livres, retour aux fondamentaux :-)

IMGP9604

IMGP9607

IMGP9601

Posté par dodovanille à 16:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 avril 2018

"Avril enchanté" Elizabeth Von Arnim

Délicieux roman que j'ai dégusté avec plaisir !

Où comment deux jeunes Londoniennes qui ne se connaissaient à peine, vont grâce à une petite annonce alléchante réussir à fuir leur vie austère, partir à l'aventure et découvrir "la Dolce Vita"  Italienne

Elles vont apprendre à se connaître, à s'apprivoiser, s'émanciper, se libérer de tous les carcans, puis finiront par retrouver l'amour...

Romantique à souhait... 

Un excellent livre tout en légèreté, finesse et humour.  

IMGP9556

"Comment résister à une telle offre : "Particulier loue petit château médiéval meublé bord de la méditerrannée" ? Un jour de pluie et d'autobus bondés, il n'en faut pas plus aux jeunes Londoniennes, Mrs Wilkins et Mrs Arbuthnot, pour se lancer seules dans l'aventure et partir, sans presque prévenir leurs époux, un mois en Italie. Au menu : soleil, repos et réflexions" 

IMGP9557

Une fois de plus la magie des magnifiques paysages italiens opère...

 Très agréable escapade en compagnie de ces jeunes Londoniennes si attachantes !

Merci Marie Claude pour le conseil !

Un film a été tiré de ce livre, le DVD devait sortir en 2017, j'ai cherché, mais pour l'instant, je n'ai pas trouvé !

Avril_enchante

 

Posté par dodovanille à 15:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 avril 2018

Entre nuages et averses...

 Avril enchanté au jardin...

Corête du Japon (Kerria japonica)

IMGP9525

Premier sourire de Printemps

Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

IMGP9519

IMGP9516

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

IMGP9534

IMGP9521

IMGP9530

Dans le verger et dans la vigne,

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec houppe de cygne,

Poudrer à frimas l'amandier

IMGP9528

IMGP9529

La nature au lit se repose;

Lui, descend au jardin désert

Et lace les boutons de rose

Dans leur corset de velours vert.

IMGP9532

IMGP9533

Tout en composant des solfèges

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux près les perce-neige

Et les violettes au bois.

IMGP9523

IMGP9526

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l'oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d'argent du muguet.

IMGP6712

IMGP1889

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir le soleil.

IMGP1916

Puis, lorsque sa besogne est faite,

Et que son règne va finir,

Au seuil d'avril tournant la tête,

Il dit : "Printemps, tu peux venir !"

                                                 (Théophile Gautier)

DSC_0088

 

                           

 

Posté par dodovanille à 11:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 avril 2018

"L'homme qui ne savait pas dire non" Serge Joncour

Coup de coeur pour ce roman de Serge Joncour.

Un sujet originale, une très belle écriture !

Si vous aimez notre belle langue française, l'écriture, l'humour, la philosophie... Alors ce livre est fait pour vous !

C'est l'histoire d'un employé modèle, toujours prêt à rendre service, disponible pour tout le monde, sa famille, ses amis, son employeur, ses collègues et les autres.

Puis un jour, le blocage, l'incompréhension, il ne peut plus prononcer, il a perdu le mot "NON" à partir de ce moment là, sa vie va basculer...

C'est toute la trame de ce délicieux livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir et jubilation !!!

IMGP9276

"On n'imagine pas l'embarras de ne plus pouvoir prononcer ce simple mot : non. C'est pourtant ce qui arrive à Beaujour, employé modèle dans un institut de sondage. Grâce à un atelier d'écriture, il part à la recherche du mot perdu, quitte à remonter toute l'histoire. Avec la sensibilité qu'on lui connaît, Serge Joncour multiplie les scènes cocasses et compose un véritable roman des origines."

IMGP9277


08 avril 2018

MARY CASSATT "Une Impressionniste Américaine à Paris"

Une très belle exposition consacrée à Mary Cassatt (1844-1926)

A voir au Musée Jacquemart André.

IMGP9460

Mary Cassatt n'avait pas été honorée en france depuis 100 ans, une longue abscence aujourd'hui comblée, grâce à cette grande restrospective qui réunit une cinquantaine d'oeuvres majeures, huiles, pastels, dessins et gravures, qui accompagnent son histoire, celle d'une grande artiste Américaine indépendante, moderne à Paris.

Grande amie de Degas et de Berthe Morisot. Seule peintre américaine à avoir exposé avec les Impressionnistes à Paris, elle jouera un rôle essentiel pour diffuser ce courant dans son pays. Grâce à elle, le marchand d'art Paul Durand-Ruel organise en 1886 à New-York la première grande exposition du genre.

A partir de 1890, elle s'éloigne un peu de l'Impressionnisme et va subir l'influence de l'Extrême-Orient et se laisse séduire par les difficiles techniques de l'aquatinte et de l'art nippon de la gravure, des Estampes en particulier, attirée par la netteté et l'élégance du trait, les grands aplats verticaux qui annulent la perspective.

IMGP9513

Mary Cassatt - La Lettre (1890-1891) Eau forte, pointe sèche, vernis mou et aquatinte en couleurs.

L'exposition illustre ainsi l'intérêt dont Cassatt a toujours fait preuve pour les personnages plongés dans leurs pensées, qu'ils soient seuls, en famille ou dans un contexte social. Elle est particulièrement célèbre pour son approche moderne du sujet traditionnel de la mère à l'enfant, qui lui a valu une reconnaissance internationale.

IMGP9509

 A voir jusqu'au 23 juillet 2018, l'occasion également de redécouvrir le magnifique Hôtel particulier des époux Jacquemart-André

IMGP9450

IMGP9458

IMGP9456

www.musee-jacquemart-andre.com 

Pour compléter la visite

Ce récit intimiste de Harriet Scott Chessman

IMGP1521

"Paris 1878 : les Impressionnistes s'exposent. Parmi eux, Mary Cassatt, une impétueuse peintre américaine, est remarquée par la critique pour ses nuances délicates. Au coeur de son travail, sa soeur Lydia. Cette jeune femme, dont le teint clair et les cheveux auburn illuminent les tableaux de Mary, est la narratrice du roman intimiste de Harriet Scott Chessman. Nous la suivons dans ses pensées, tandis que sa santé décline inéxorablementet que s'élaborent les plus célèbres oeuvres de sa soeur..."

Un récit poignant sur la relation très complexe entre la peintre et sa soeur qui est également son modèle. Une incursion furtive dans la vie de ces deux jeunes femmes éprises de liberté et d'indépendance, dans le Paris bouillonnant et artistique de la fin du XIXème siècle.

DSC_0088

 

 

 

 

30 mars 2018

Avec ou sans chocolat...

Je vous souhaite de très

JOYEUSES FÊTES DE PÂQUES

IMGP9335

A très vite

IMGP9476

Posté par dodovanille à 10:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2018

"Le Paris de George Sand" Claire Le Guillou

Une flânerie littéraire très originale et l'ombre de George Sand...

Grâce à ce petit livre très documenté, on découvre le "Paris de George Sand" les endroits où elle a vécu, fréquentés, aimés, détestés. Ses rencontres insolites dans ce Paris du XIXème siècle où Aurore Dupin naquit le 1er juillet 1804.

Quatre plaques gravent dans le marbre la présence de George Sand à Paris. Ces plaques nous rappellent l'itinéraire du parcours littéraire de la romancière.

Dans le 3ème arrondissement au 46, rue Meslay, son lieu de naissance le 1er Juillet 1804.

Au 31 rue de Seine dans le 6ème arrondissement, la romancière y habita en 1831.

Au 19 Quai Malaquais, toujours dans le 6ème arrondissement, elle y vécut de 1832 à 1836, c'est ici qu'elle y écrivit "Lélia"

Dernière plaque au 80, rue Taitbout dans le 9ème arrondissement, Square d'Orléans, elle y vécut au 1er étage de 1842 à 1847.

Bientôt une cinquième plaque devrait orner le 3, rue Racine dans le 6ème arrondissement, elle y vécut de 1851 à 1864.

DSC_0068

"On ne peut pas être femme à Paris à moins de vingt-cinq mille francs de rente!", déclare un jour Balzac à George Sand. La romancière, qui désire néanmoins dîner en ville et aller au théâtre à peu de frais, décide de sortir habillée en homme.

D'ailleurs très tôt habituée à porter une tenue de garçon à la campagne, Sand perpétue en ville le port de ce costume pratique et économique. Et les situations comiques qu'il induit amusent la romancière. Ainsi, rapporte-t-elle, le restaurateur Pinson "ne s'était pas plutôt accoutumé à dire Monsieur que je reparaissais en femme, et il n'arrivait pas à dire Madame que le jour où je devenais Monsieur"

Femme de lettres fortement attirée par Paris, synonyme de liberté et d'émancipation, Sand avoue toutefois "Rien de tout cela ne m'intéresse ni ne m'amuse. Paris n'est qu'un paradoxe." "

C'est un parcours littéraire sur les traces de George Sand que nous propose l'auteur.

Paris de plaque en plaque

Paris, entre ville et jardins, l'enfance et l'adolescence d'Aurore Dupin

Les séjours parisiens d'une jeune femme mal mariée

Les quais de la Seine ou les débuts d'un écrivain

De la rue Pigalle au Square d'Orléans "Le ménage Chopin"

De l'Odéon à la rue Gay-Lussac, l'avènement du Dramaturge.

Epilogue : Au Jardin du Luxembourg.

108811352

Pour les amoureux de la littérature, ce guide est fait pour vous, édité aux Editions Alexandrines, cet éditeur situé au 31, rue Ducoüédic 75014 Paris, en a fait paraître bien d'autres dans cette collection "Le Paris des écrivains" : Baudelaire, Dumas, Proust, Balzac, Sagan...

L'auteure Claire Le Guillou est chercheuse  rattachée à l'université de Brest, est spécialiste de la famille Sand. Elle a entre autres, réédité, préfacé et annoté "Callirhoé" de Maurice Sand et "Evenor et Leucippe" de George Sand.

Cependant, c'est à Nohant dans son Berry que George Sand aimait se ressourcer, elle adorait sa campagne berrichonne, elle affectionnait son jardin...

Elle meurt à Nohant le 8 juin 1876.

43152839_p

 

13 mars 2018

10 ans...

10 ans de coups de coeur, très peu de coups de gueule...

Quelques mèches argentées, des petites rides...

Des belles rencontres !

Des beaux échanges épistolaires !

Des roses et une petite pause !

DSC_0129

Le plaisir de partager est intact...

En route pour la 11ème !  

IMGP7145

Mon portail reste ouvert...

IMGP3078

A très vite...

IMGP4508

 

Posté par dodovanille à 08:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mars 2018

"La petite danseuse de quatorze ans" Camille Laurens

Elle s'appellait Marie Geneviève Van Goethem, ses parents étaient belges. Comme tant d'autres à l'époque, ils avaient émigré en France pour fuir la misère de leur pays...

C'est un véritable travail de recherche que nous offre Camille Laurens avec cette histoire de la "Petite danseuse de quatorze ans" oeuvre majeure d'Edgar Degas.

Un récit passionnant de cet univers pas très glorieux à l'époque du monde "feutré" de la danse et des petites danseuses en particulier, au XIXème siècle, ces "petits rats de l'Opéra" étaient payées une misère pour pouvoir vivre, survivre. Rien à voir avec l'Opéra Garnier et ses danseuses et danseurs étoiles d'aujourd'hui. A l'époque, ces petites artistes étaient vendues par leurs mères à la prestigieuse institution, afin de subvenir aux besoins de leur famille. Elles avaient une vie "d'esclave"...

C'est la destinée de cette petite danseuse de quatorze ans modèle du peintre Edgar Degas, que nous relate avec beaucoup de tendresse Camille Laurens.

Je vous conseille ce très beau livre qui fourmille d'anecdotes, une gloire posthume méritée pour ce "modèle" au regard lointain et presque indifférent...

IMGP9272

"Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissait son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New-York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu'elle faisait, car c'était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l'école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l'Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n'était pas un rêve pour elle, pas l'âge heureux de notre jeunesse. Elle a été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur en a eu assez de ses absences à répétition. C'est qu'elle avait un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous gagnés à l'Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa famille. Elle était modèle, elle posait pour les peintres ou des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas." Camille Laurens.

IMGP9275

"Petite danseuse de quatorze ans, entre 1878 et 1881 (modèle) : 1921-1931 (fonte). Bronze fondu à la cire perdue, patine brune pour les chairs, blanc crème pour le corsage, rose pour les lèvres et les chaussons, tutu en tuile, ruban de satin. H. 98cm, L.35,2cm, L.24,5cm" Edgar Degas (1834-1917) Paris, Musée d'Orsay