Au Jardin du Luxembourg

George Sand (Sculpture de François Sicard 1862-1934)

IMGP0900

" Lettre d'un voyageur "

A M. Alexandre Manceau

"... Tu veux savoir l'emploi de mes quatre journées de voyage. Ce n'est pas long, le récit d'un voyageur qui ne voyage plus et le mien pourrait se résumer en quatre mots : j'ai fait douze lieues en lisant, j'ai écouté chanter un oiseau, j'ai vu couler la Creuse, j'ai dormi à Gargilesse, j'ai herborisé un peu, je suis revenue par le même chemin, lisant le même livre. J'ai fait halte sous le même arbre où chantait le même oiseau. Voilà les grandes aventures de mon excursion et ce n'est guère la peine de les écrire ; mais tu veux une causerie et un voyage. Tout est voyage dans le voyage de la vie, tout est sujet de causerie entre vieux amis. "

IMGP1301

C'est en 1850 que George Sand fait la connaissance d'Alexandre Manceau. Leur liaison durera quinze ans et ne s'achèvera que lorsque Manceau s'éteindra. " Je l'aime, je l'aime de tout mon coeur. J'ai quarante six ans, j'ai des cheveux blancs, cela n'y fera rien. On aime les vieilles femmes plus que les jeunes je le sais maintenant." La liaison de George Sand et d'Alexandre Manceau porte un tel ombrage à l'équilibre de sa famille de Nohant, et surtout de Maurice, que George décide de quitter le Berry et de s'installer, en 1864, avec son amant dans une jolie maison qu'elle achète à Palaiseau. C'est là que Manceau, rongé par la tuberculose, s'éteindra en 1865. George Sand ne l'a jamais quitté.