Et sentiments très mitigés

Je commencerai par celui qui m'a le plus déstabilisée, c'est le premier roman de Joyce Carol Oates que je lis. Le sujet abordé par l'auteure est celui du veuvage.

Tout au long de ce récit dur et réaliste, j'ai pensé à une amie très proche qui elle aussi "a réussi à rester en vie" et surmonter le drame, l'incompréhension, la peine, la solitude, le vide.

Un livre qui ramène à la réalité de notre vie à tous.

Cette lecture m'a vraiment bouleversée.

IMGP1455

" J'ai réussi à rester en vie " est la chronique du combat d'une femme pour tenter de remonter de ce puits sans fond. En proie à l'angoisse de la perte, cernée par un cauchemar de démarches administratives et les absurdités pathétiques du commerce du deuil. Joyce Carol Oates décrit l'innomable expérience du chagrin , dont elle ne peut s'extraire que rarement, et à grand peine, en se tournant vers ses amis.

L'auteure offre à travers ce livre, une très belle histoire d'amour, mais également le portrait d'une romancière formidablement attachante.

Je dédie ce roman à ma très chère amie qui se reconnaîtra

++++++

Deuxième ouvrage, contrairement au premier cité ci-dessus, celui-ci m'a "agacéé" et bien déçue.

Une fois de plus, en toile de fond, un règlement de compte familial, entre une mère dépressive et alccolique, un père qui fuit le quotidien et se perd dans ses obligations professionnelles, une vie de famille bien dissolue.

Un livre de mémoire de Nuala O'Faolain qui ne m'a vraiment pas passionnée. Trop confus, voire indigeste parfois. S'en sortir absolument de cet univers familial sordide...Cela finit par lasser.

" J'y suis presque "

IMGP1665

" Avec ce deuxième livre de mémoires, la romancière livre un témoignage sensible du chemin qui la forge et nous conduit, à travers ses doutes et ses embûches, vers la sérénité d'un voyage pleinement vécu "

Je n'ai vraiment pas adhéré à cette deuxième partie des mémoires de Nuala O'Faolain. Je n'avais qu'un hâte, en finir avec ce roman que j'ai trouvé long, lourd et ennuyeux.

Dommage car de l'auteure j'avais lu 2 romans passionnants, j'en avais parlé ici..

http://dodovanille.canalblog.com/archives/2011/12/01/22860994.html#comments 

++++++

Troisième et dernier livre.

Une autre grande déception, ce roman m'a été vivement recommandé par ma libraire. Hélas, les goûts et les couleurs etc...

Je n'ai pas été séduite, ni enthousiasmée par " Un bonheur parfait " de James Salter

Il était une fois, une famille idéale, la mère, le père, les deux enfants. Une belle maison, de bons amis... Bref tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Mais, finalement tout cela n'est que "fausse image" mensonge, trahison, regret.

Il faut toujours se méfier de la Perfection !

Je me suis ennuyée. Je n'ai rien à ajouter d'autre.

Sauf ce passage qui à lui seul résume tout le roman.

" En réalité, il existe deux sortes de vie, selon la formule de Viri : celle que les gens croient que vous menez, et l'autre. "

IMGP1664

" Viri pose les yeux sur sa femme, Nedra. Une mèche de cheveux lui balaie délicatement la nuque, elle s'affaire en cuisine dans sa jolie robe rouge. Leurs deux adorables petites filles dînent devant le feu de chemniée. Sont-ils réellement heureux ? Ils forment un couple envié de tous, elle si belle, lui si élégant. leur bonheur semble parfait... Mais la perfection est-elle vraiment de ce monde ? "

James Salter est encensé par tous les spécialistes de la littérature, il est même comparé à Nabokov. Décédé il y a quelques mois.

Pour ne pas rester sur une impression négative, j'essaierai de lire un autre de ses ouvrages.

"Il faut donner une seconde chance à un auteur, à un livre" m'avait dit un jour une amie !