Une biographie romancée et réussie

J'ai beaucoup aimé le style très personnel et dynamique utilisé par l'auteur dans ce récit sur la vie mouvementée de ce grand peintre qu'était Edouard Manet. 

Sophie Chauveau, nous invite à découvrir à travers ce portrait, l'enfance, l'adolescence, les amours, le talent mais également les travers et zones d'ombre de ce grand peintre, ami de Baudelaire, Berthe Morisot, Fantin-Latour, Monet, Renoir, Degas, Pissarro, Zola...

Bel homme, séducteur, généreux, orgueilleux, Républicain. Grand admirateur de Eugène Delacroix (son maître)

Il n'aura de cesse, malgré les échecs, et les critiques virulentes sur ses oeuvres, de continuer à peindre quitte à heurter, choquer les âmes bien pensantes de l'époque.

Ce livre se lit comme un roman, plein de suspens, tant la vie du peintre était riche en anecdotes, comme l'ont été ses tableaux.

Un très bel hommage !

Je remercie Marie Claude pour ce conseil !

IMGP5963

Il y a quelques temps, j'avais lu également cette biographie d'Edouard Manet écrit en 1923 par Albert Flament aux éditions Plon Paris (un livre que j'avais chiné) Une biographie beaucoup plus conventionnelle mais toute aussi intéressante. 

IMGP2809

En couverture du livre de Sophie Chauveau, étude pour "Le Déjeuner sur l'Herbe" (détail) vers 1863 Ashmolean Museum, Oxford.

La deuxième photo, (extraite de la petite encyclopédie de l'Impressionisme)

"Le Déjeuner sur l'Herbe" (1863) huile sur toile, 208 x 264,5 cm. Musée d'Orsay, Paris

" Le scandale est inouï, inconcevable aujourd'hui, quand Edouard Manet présente enfin un tableau, Le Bain, au salon des "Réfusés" en 1863 aux Champs-Elysées. Il entraîne à sa suite, Monet, Renoir, Degas, Pissarro, et tous ceux qu'on appellera bientôt les impressionnistes"

"...Le jour de l'inauguration, le 17 mai, pas moins de sept mille personnes se pressent. Pendant toute la durée de la manifestation, les visiteurs du "Salon des Refusés" sont plus nombreux que ceux du Salon officiel. Les jugements du public et de la critique sont néanmoins aussi sévères et tranchés que ceux du jury du Salon et les journaux s'amusent chaque jour à publier un grand nombre de dessins satiriques. Parmi les oeuvres les plus visées par les critiques négatives, il y a le "Déjeuner sur l'herbe" de Manet, exposé sous le titre "Le Bain", qui est considéré comme un outrage à la morale, à la logique et aux règles les plus élémentaires de la peinture. Le tableau est acheté en 1878 par Jean-Baptiste Faure, célèbre baryton de l'Opéra et collectionneur d'art. En 1898, il est acheté par Paul Durand-Ruel, puis il entre au Musée du Louvre en 1906...". (Réf. Petite Encyclopédie de l'Impressionnisme. Gabriele Crepaldi)

Le scandale fut provoqué par la nudité de la femme, au premier plan, qui s'appelle Victorine Meurent (modèle du peintre). Elles est assise à côté du frère de Manet, Gustave. Face à elle, se tient le sculpteur hollandais, Ferdinand Leenhoff, frère de Suzanne, épouse de l'artiste. C'est elle qui pose pour la femme en arrière-plan.

Aujourd'hui, on peut admirer ce tableau au Musée d'Orsay.

Edouard Manet (1832-1883)

manet2

(Image Google)