J'ai retrouvé avec plaisir nos deux héroïnes Elena Greco et Raffaella Cerullo (Lila ou Lina). Mais "amies" le sont-elles toujours autant ?

Ce troisième volet de la saga sous-titré "L'époque intermédiaire"

Nous sommes dans les années 1960/1970 en Italie, les mouvements protestaires s'organisent, une révolution se prépare.

Le temps de l'émancipation, de la révolte, de la liberté...

Elles ont la trentaine, chacune a tracé son chemin. Elena est mariée,écrivaine, mère de deux enfants, elle mène une vie "bourgeoise" et intellectuelle, s'intéresse à la politique, adhère à un mouvement féministe, mais n'est pas satisfaite de cette vie bien réglée, semble s'ennuyer et prête à casser son code de "bonne conduite"...L'arrivée de Nino Sarratore, son ami d'enfance et d'école dont elle a toujours été secrètement amoureuse, déstabilisera Elena. Va-t-elle fuire ou rester ?

 Lila quant à elle revient à Naples, se démène pour élever son enfant, galère entre son travail à l'usine de charcuterie dirigée par Bruno Soccavo fils du riche industriel de la région et son combat pour sa dignité et celle des ouvriers. Elle est toujours aussi "rebelle, agressive". Lorsqu'elle apprendra, que l'usine des Soccavo est maintenant dirigée par Michele Solara (monarchiste et camoriste)...Va-t-elle fuire ou rester ?

Le fossé se creuse entrer les deux amies... Et pourtant, des circonstances innatendues vont à nouveau les rapprocher, puis les séparer...

Inutile de vous dire, que j'ai dévoré ce troisième tome. Je le trouve encore mieux que les deux premiers. Elena Ferrante nous offre une histoire d'amitié tellement forte, tellement complexe, si réelle ! Impossible en lisant certains passages de ne pas se souvenir, voire s'identifier à nos deux amies ! 

 Ce lien d'amitié, cette saga, les faits historiques, le vent de liberté qui soufflait à l'époque, le caractère bien trempé des deux héroïnes, le mystère entourant l'auteure Elena Ferrante, l'excellente traduction du livre, font de cette trilogie un "Chef-d'oeuvre"

IMGP5988

" Après L'amie prodigieuse et Le nouveau nom (voir ci-dessous, mes billets précédents)

 http://dodovanille.canalblog.com/archives/2016/11/26/34608258.html

http://dodovanille.canalblog.com/archives/2017/03/01/34996337.html#comments 

Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrrante raconte cinquante ans d'histoire italienne et d'amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila.

Pour Elena, comme pour l'Italie, une période de grands bouleversements s'ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les évènements de 1968 s'annoncent, les mouvements féministes et protestataires s'organisent, et Elena, diplômée de l'Ecole normale de Pise et entourée d'universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d'amour et de haine, telles deux soeurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix."

"Celle qui fuit et celle qui reste est un histoire qui jaillit du coeur telle une éruption du Vésuve" Paola Mauri, La Republica.

Vivement le quatrième tome !

"L'enfant perdue"