A la découverte des trésors cachés...

Niché dans un site boisé, le château de Roger de Rabutin, comte de Bussy et célèbre libertin du XVIIème siècle est orné d'un décor peint exceptionnel.

 Le château est entouré d'un magnifique jardin à la française.

IMGP7523___Copie

Avant de continuer la visite, je voudrais vous parler de Roger de Bussy-Rabutin (allez savoir pourquoi, ce personnage m'a tout simplement charmée !!!)

IMGP7585

Né en 1618 à Epiry, près d'Autun, Roger de Rabutin, Comte de Bussy fait ses études chez les jésuites au collège d'Autun puis de Clermont à Paris. A 16 ans, il commande un régiment lors de sa première campagne militaire. A 23 ans il est emprisonné cinq mois pour avoir laissé son régiment se livrer à la contrebande de sel. En 1645, il succède à son père dans la charge de lieutnant général des armées du roi. Il participe à la Fronde puis rallie Louis XIV et reçoit la charge de maître de camp général de la cavalerie légère en 1653.

En 1654, il écrit à l'imitation de la "Carte de Tendre" de son amie Mademoiselle de Scudery, une "Carte du pays de Bracquerie" moquant les histoires galantes de la cour. Ses couplets sur les amours du Roi avec Marie Mancini, lui valent un premier exil de quelques mois. En 1660, dans son roman satirique "Histoires amoureuses des Gaules", il relate les intrigues amoureuses de la cour tout en masquant le nom des protagonistes. Il en réserve la lecture à ses meilleurs amis. Mais en 1662, la Marquise de Montglas, le prête, à son insu, à Madame de la Baume qui le fait imprimer en Hollande et le diffuse à la cour. Une suite, visant l'entourage du roi et dont Bussy se défend d'être l'auteur, provoque sa disgrâce. Emprisonné le 17 avril 1665 puis libéré en 1666, Bussy est condamné à l'exil.

Ah, les femmes !!!!!

IMGP7584

 Cet ancien manoir du XIVème siècle connaît plusieurs propriétaires issus des grandes familles bourguignonnes : les Chastillon puis les Rochefort. Ensuite, en 1602, François de Rabutin achète la baronnie de Bussy et en fait son patronyme. Son petit-fils Roger de Bussy-Rabutin, contraint à l'exil par Louis XIV en 1666, crée dans le châteaun rénové par ses parents un décor intérieur unique en son genre.

Acquis en 1733 par Etienne Dagonneau de Marcilly et son épouse, le domaine est réhabilité . En 1792, le château est mis sous séquestre et le mobilier vendu. Les propriétaires se succèdent, le château se dégrade mais sera consolidé par le maire du village de 1820 à 1832. Le Comte Jean-Baptiste de Sarcus achète le domaine en 1835. Il achève la résurrection du château et le fait classer monument historique en 1862. C'est en 1929 que l'Etat devient propriétaire et engage des travaux de conservation et de restauration très réussis.

Le domaine

S'étend sur 34 hectares, le parc compte douze hectares et forme un écrin de verdure. L'avant cour est composée d'allées en patte d'oie, comme à Versailles. 

IMGP7577

La cour d'honneur

Plan en U, limité par quatre tours rondes et entouré de douves. Les galeries formant les ailes du château sont construites vers 1520 dans un style Renaissance. La façade du corps de logis principal, transformé au XVIIème siècle, est achevé en 1649.

La chapelle de plan carrée est logée dans la tour sud-ouest.

IMGP7525

IMGP7529

IMGP7575

IMGP7576

Roger de Rabutin occupe son exil sur ses terres bourguignonnes en aménageant l'intérieur du château. Les quelques trois cents portraits qu'il rassemble affirment son intérêt pour l'histoire de France et la généalogie, tant royale que familiale. Il commande des copies effectuées soit à partir de tableaux originaux, soit à partir de recueils de gravures. Les tableaux sont encastrés dans des lambris de menuiserie fixe qui ont l'interêt de renforcer l'isolation contre le froid et l'humidité.

IMGP7547

IMGP7549

La salle des Hommes de guerre

65 portraits de personnalités militaires françaises et étrangères, choisies par Bussy, de Bertrand du Guesclin à lui même.

IMGP7537

Au cours du XVIIème siècle, les jésuites contribuent au développement de l'usage didactique des images. Roger de Rabutin semble s'être inspiré du recueil du père Pierre Le Moyne intitulé "De l'art des devises". Ces inscriptions, scènes mythologiques et devises traduisent le savoir de Roger de Rabutin, alimenté par la correspondance régulière avec sa célèbre cousine, la Marquise de Sévigné. Il raconte avec humour sa nostalgie d'exilé tenu éloigné de la cour du roi Louis XIV.

IMGP7541

La chambre de Bussy

Cloisonnée en trois pièces avant 1835, a été réaménagée par le comte de Sarcus avec un mobilier du XIXème siècle. On y trouve des portraits des maîtresses des rois de France et des dames de la cour. Un tryptique réunit la seconde femme de Bussy, Louise de Rouville, Madame de Sévigné, et sa fille Madame de Grignan.

IMGP7538

IMGP7540

Quant à moi, j'ai particulièrement aimé "Le cabinet de la Tour dorée", inspiré de l'ancien salon des Dames de Versailles, on y trouvent les portraits envoyés par ses amies, les "belles femmes de la cour". Bussy s'est amusé en ajoutant un commentaire caustique en-dessous de chacun !

IMGP7543

IMGP7545

IMGP7546

Les jardins

Magnifique jardin à la française, le grand bassin qui récupère les eaux des douves. On y admire également de magnifiques rosiers, des plantes vivaces.

J'ai donc appris ce qu'étaient des "exèdres" des espaces de repos agrémentés de charmilles.

IMGP7564

IMGP7560

IMGP7563

 C'est ainsi que se termine notre visite au Château de Bussy-Rabutin, nous avons eu un véritable coup de coeur, pour cet endroit, sa discrétion, son charme, son histoire et tout ce qui s'y rattache.

IMGP7572

Ici, le temps semble s'y être arrêté...

IMGP7580

Ah, une dernière petite surprise...

La parade (la fin...)

IMGP7586

IMGP7588

Toutes mes infos proviennent du Centre des Monuments nationaux.

Le château de Bussy-Rabutin se visite de Mai à Septembre

Château de Bussy-Rabutin

21150 Bussy-le-Grand

Tél : 03 80 96 00 03

www.monuments-nationaux.fr

IMGP7517