Deux livres lus cet été

Deux ouvrages complètement différents, tant par les sujets que par l'écriture.

DSC_0270

Je vais commencer par celui qui m'a le plus intriguée.

"L'enfant qui"  de Jeanne Benameur

C'est le premier ouvrage que je lis de l'auteure. Je n'ai pas été déçue, même si, j'ai d'abord eu beaucoup de mal à "rentrer" dans l'histoire assez troublante de cet enfant qui...

En fait, je le définirai comme un conte philosophique, une recherche de soi. Une première partie assez énigmatique. Trois personnages principaux, l'enfant, la grand-mère, le père. Tous trois vont essayer de chercher de comprendre pourquoi, "la mère, la femme, la belle-fille" a disparu. De cette disparition, les trois personnages en fera leur "renaissance". L'errance de l'enfant dans la forêt, son approche de la nature, l'aidera à soulager l'absence de sa mère. Le père arrivera à dompter son agréssivité grâce à une rivière, la grand-mère, quant à elle, finira par retrouver la sérénité en exorcisant son passé par le dialogue...

La nature tient une place très importante danc ce récit.

Tout cela a l'air bien compliqué...Cependant, ce fut un bon moment de lecture, grâce à l'écriture très poétique de Jeanne Benameur.  

IMGP8257

"Trois trajectoires, trois personnages, mis en mouvement par la disparition d'une femme, à la fois énigme et clé.

L'enfant marche dans la forêt, adossé à l'absence de sa mère. Il apprend peu à peu à porter son héritage de mystère et de liberté. Avec un chien pour guide, il découvre des lieux inconnus. A chaque lieu, une expérience nouvelle. Jusqu'à la maisonde l'à-pic.

Le père, menuisier du village, délaisse le chemin familier du Café à la maison vide. En quête d'une autre forme d'affranchissement, il cherche à délivrer son corps des rets du désir et de la mémoire.

Et puis, il y a la grand-mère, qui fait la tournée des fermes voisines, dont le parcours encercle et embrasse le passé comme les possibles.

Porté par la puissance de l'imaginaire, "L'enfant qui" raconte l'invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux tutoyer l'envol."

++++++++

"Mémé dans les orties" Aurélie Valognes

Une histoire très légère, un ouvrage qui a eu beaucoup de succès (et ça continue, le bouche à oreille...)

Un livre classé comme "feel-good", moi je préfère : "Un livre qui fait du bien", qualifié de "jubilatoire, de pur bonheur, de belle leçon de vie etc..."Personnellement, je n'irai pas jusqu"à tous ces qualificatifs, même si je reconnais, que cette lecture fut légère et agréable.

J'ai trouvé malgré tout, la description des personnages un peu trop caricaturale. Le grand-père acariâtre, les grands-mères un peu trop curieuses, mais surtout Madame Suarez, la concierge en chef "limite despotique"...

Un petit ouvrage qui se lit d'une traite, un bon moment d'égarement de détente, après "L'enfant qui.." oui, ça détend !!!

La vie en copropriété avec ses joies, ses contraintes et surtout "ses habitants, ses propriétaires, ses locataires, ses animaux domestiques, les méchants, les gentils, les indifférents..."

IMGP8255

"Ferdinand Brun 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre, certains diraient : seul, aigri, méchant -, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Eviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie...jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son coeur.

Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur !"

+++++++

Bonne lecture à tous !

A très bientôt pour découvrir ensemble une "exceptionnelle exposition"...