Un gros coup de coeur pour

"Sur les chemins noirs" de Sylvain Tesson

"... Ma mère était morte comme elle avait vécu, faisant faux bond, et moi, pris de boisson, je m'étais cassé la gueule d'un toit où je faisais le pitre. J'étais tombé du rebord de la nuit, m'étais écrasé par terre..."

C'est ainsi que Sylvain Tesson, auteur de nombreux essais et récits de voyage, va se retrouver clouer sur un lit d'hôpital. Il nous raconte sa lente et douloureuse réeducation, ses doutes, sa résurection au prix de nombreux sacrifices physiques et humains.

Si je m'en sors, je traverserai la France du Sud au Nord hors des sentiers battus, par des chemins de traverses !

C'est son journal de bord qu'il nous dévoile dans ce magnifique ouvrage que j'ai dévoré. J'ai aimé le ton ironique, son auto-dérision, ses émotions devant les paysages magnifiques, insolites et ses rencontres, des personnages hors du commun, parfois rustres, taiseux mais toujours attachants.

Cette longue marche sera sa délivrance, malgré les douleurs, les découragements, les "Chemins noirs" un hymne au courage à la combativité et au charme de la France à travers ses chemins détournés !

DSC_0831

"Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides.

La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs. Là personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre."

Une très belle leçon de vie !

Je recommande vivement !

+++++++++++

 "Et vous avez-vous eu beau temps ?" La perfidie ordinaire des petites phrases Philippe Delerm

Je n'aime pas trop être négative, lorsqu'il s'agit de mon auteur préféré, mais là ce fut la grosse, l'énorme déception, je n'ai pas du tout mais alors pas du tout, adhéré, à cette perfidie ordinaire des petites phrases. D'habitude dès les premières pages je me réjouis des textes et des remarques anodines qui font mouche ! Mais là rien, je n'avais qu'une hâte terminer l'ouvrage et de passer à autre chose.

Vivement le prochain recueil de petites phrases, malicieuses, émouvantes et drôles de la comédie humaine si bien décrites par Philippe Delerm.

DSC_0830

"Et vous n'entendez-vous pas les trains ?" demande-t-on à ce couple qui vient d'emménager près de la gare. "j'dis ça, j'dis rien" conclut-on quand on ne pense pas moins ? Perfides, les petites phrases que Philippe Delerm est allé glaner le sont assurément. Mais souvent mélancoliques, comme lorsqu'on coupe un moment émouvant par un pudique : "Tais-toi, tu vas dire des bêtises..."

+++++++++++

Pensée du jour !

IMGP1871